Le discours indirect

Le discours indirect consiste à rapporter les propos de quelqu’un en d’autres mots (reformulation). Les propos ainsi rapportés ne se distinguent pas du reste du texte, contrairement au discours direct dans lequel l'auteur doit employer les tirets et les guillemets. Le discours indirect ne permet pas non plus de connaître les mots exacts prononcés au départ.

 

1. Un verbe de parole doit être présent dans le discours indirect (dire, supplier, demander, etc.). De manière générale, ce verbe de parole est suivi d’une subordonnée complétive.
2. La formulation du discours indirect peut contenir des précisions sur l’émetteur et le récepteur.
3. La présence des guillemets et des tirets n'est pas requise.

 

1. Il m’a dit qu’il avait trouvé ce spectacle beau.
- Le verbe de parole a dit introduit la subordonnée complétive qu'il avait trouvé ce spectacle beau.

2. Le surveillant leur a demandé ce qu'ils fabriquaient là.
- Le verbe de parole a demandé introduit la subordonnée complétive ce qu'ils fabriquaient là.

 

Il est aussi possible que le verbe de parole soit suivi d’un groupe prépositionnel contenant un verbe à l’infinitif.

 

1. Il a supplié le surveillant de le laisser entrer.
- Le verbe de parole a supplié introduit le groupe prépositionnel de le laisser entrer qui contient les verbes à l'infinitif laisser entrer.

 

Le discours indirect libre

Le discours indirect libre (DIL) est le fait de rapporter des propos en sous-entendus. Ce type de discours s’intègre au récit de façon naturelle. On le reconnaît à l'interieur de certaines histoires dans lesquelles les propos du personnage s’intègrent à ceux du narrateur. Cela peut donner l’impression au lecteur d’entrer dans les pensées du personnage.

 

1. Les propos, dans le discours indirect libre, sont rapportés sans aucune indication par le narrateur (absence du verbe de parole, du tiret et des guillemets).

2. On peut reconnaître le DIL par l’utilisation de l’imparfait ou du conditionnel et d’un point de vue extérieur. C’est un style plus libre que l’on retrouve beaucoup dans la narration du registre littéraire. La compréhension du discours rapporté dépend donc du lecteur, qui devra interpréter le texte et déchiffrer ce qui appartient au discours du narrateur, au monologue intérieur et au discours indirect libre.

 

1. Ses paroles avaient été claires. Il viendrait le lendemain et personne ne pourrait l’en empêcher !
2. La principale excuse du coupable était qu’il avait oublié le rendez-vous.
3. Le professeur se mit en colère. Il ne supportait plus la paresse de son élève. Il finirait par ne plus s'en occuper

  • Pour chacune des ces phrases données en exemple, le lecteur doit faire un effort pour reconstituer les paroles véritablement dites et qui sont présentes de façon implicite dans le DIL.

Les exercices

Les références

Tableau comparatif des discours directs et indirects


  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse