La valeur de la rime

Pour déterminer la valeur des rimes dans un poème, on doit compter les sons que les mots placés en fin de vers ont en commun.

Les rimes peuvent avoir
différentes valeurs :

1. Les rimes pauvres
2. Les rimes suffisantes
3. Les rimes riches

 

Pour déterminer la qualité des rimes, il ne faut pas compter les syllabes ni les lettres, mais les sons qu'on appelle les phonèmes. De plus, comme le e muet ne se prononce pas, il ne compte pas pour un son dans la valeur des rimes.

Pour bien distinguer les sons possibles contribuant à former des rimes, il faut connaître l'alphabet phonétique.

 

Les rimes pauvres

On parle de rime pauvre lorsqu’il y a reprise d'un seul et même son.

Entre autres, les sons [y] (exemple 1), [i] (exemple 2) et [∅] (exemple 3) peuvent contribuer à former des rimes pauvres.

1. battu / perdu
2. ami / parti
3. feu / peu

Les rimes pauvres sont formées par des mots qui se trouvent en fin de vers et qui contiennent un son en commun.

Se trouva fort dépourvue
Quand la Bise fut venue.
Jean de La Fontaine

  • Dépourvue rime avec venue, ces mots n'ont que le son [y] (c'est ainsi que l'on note le son produit par la lettre u) en commun.

Les rimes suffisantes

Les rimes suffisantes ont deux sons en commun.

La rime suffisante se construit à l'aide d'une consonne accompagnée d'un son vocalique (formé d'une ou de plusieurs voyelles).

1. cheval / fatal
2. grise / mise
3. opportune / lune

  • Le e muet présent dans grise, mise, opportune et lune ne peut être considéré comme étant un son.

Les rimes suffisantes sont formées par des mots qui se trouvent en fin de vers et qui ont deux sons en commun.

La Cigale, ayant chanté
Tout l’Été,
Jean de La Fontaine

  • Dans cet exemple, chanté rime avec Été. Ces mots ont deux sons communs, le son [t] (chanté, été) et le son [e] (c'est ainsi que l'on note le son émis par la lettre é en alphabet phonétique : chanté, été).
 

On lit Virgile et Dante; on va joyeusement
En voiture publique à quelque endroit charmant
Victor Hugo

  • Le son [m] (joyeusement, charmant) et le son [ɑ̃] (c'est ainsi que l'on note le son formé par les lettres ent ou ant en alphabet phonétique : joyeusement, charmant) sont répétés.

Les rimes riches

Si deux mots ont trois sons ou plus en commun, on dit que la rime est riche.


La rime riche se construit à l'aide d'une consonne ou plus accompagnée d'un son vocalique (formé d'une ou de plusieurs voyelles) ou plus.

1. cheval / rival
2. grise / brise
3. mineur / bonheur

  • Le e muet présent dans grise et brise ne peut être considéré comme étant un son.

Les rimes riches sont formées par des mots qui se trouvent en fin de vers et qui contiennent, au minimum, trois sons en commun.

La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Jean de La Fontaine

  • Dans cet exemple, prêteuse rime avec emprunteuse. Cette rime est riche, car elle est formée à partir de mots qui ont trois sons en commun : le son [t] (prêteuse, emprunteuse), le son [∅] (c'est ainsi que l'on note le son formé par les lettres eu en alphabet phonétique : prêteuse, emprunteuse) et le son [z] (prêteuse, emprunteuse).

Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détonne.
Paul Verlaine

  • Dans cet exemple, monotone rime avec détonne. Cette rime est riche, car elle est formée à partir de mots qui ont trois sons en commun : le son [t] (monotone, tonne), le son [ɔ] (c'est ainsi que l'on note le son formé par la lettre o dans certains mots : monotone, détonne) et le son [n] (monotone, détonne).


À consulter :

 

Le texte poétique

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse