La comédie

La comédie présente les travers de l’être humain dans le but de faire rire. Pour ce faire, ce genre met en évidence un trait de caractère, une situation injuste, à travers un jeu d'acteur dans lequel tout est grossi, exagéré.


Dans une comédie, tout est plus grand que nature : les personnages ont une personnalité jouée de manière exagérée, les situations sont des plus loufoques et les paroles échangées tiennent de la caricature.

C’est pour contribuer à ce grossissement des traits caractéristiques de l’humour que l’on y retrouve régulièrement certains procédés stylistiques comme :

1. L’hyperbole
2. La métaphore
3. La comparaison 
4. L’ironie


Dans une pièce comique, la critique demeure présente malgré le jeu caricatural et les situations absurdes.

1. L'Avare de Molière
2. Les voisins de Louis Saia et Claude Meunier
3. Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux

  • L'Avare, comédie très représentative du génie de Molière, est encore jouée aujourd'hui, plus de trois siècles après sa création. Il en est ainsi pour plusieurs autres pièces issues de la plume de cet auteur.

 

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), s’intéresse dès son jeune âge au théâtre. En  1637, il fait la connaissance d’une famille de comédiens, les Béjart, alors qu’il poursuit des études de droit. En 1643, avec sa femme, Madeleine Béjart, il fonde l’Illustre Théâtre. Après des débuts difficiles, la troupe, qui interprète surtout des tragédies, part en tournée en province pendant plusieurs années. Profitant de la protection de Monsieur, frère du roi Louis XIV, la troupe revient à Paris en 1658 et présente désormais des comédies pour le Roi et le public parisien, qui découvrent en Molière un talent inégalé pour la farce et la comédie. On dit de  Molière que sa voix et ses mimiques déclenchent l’hilarité générale. Certaines de ses pièces, comme Les Précieuses ridicules, Le Bourgeois gentilhomme et Le Médecin malgré lui sont de véritables triomphes; d’autres, comme L’École des femmes, Le Tartuffe et Dom Juan, sèment la controverse. Après avoir perdu le soutien du Roi, Molière présente Le Malade imaginaire, qu’il ne joue que quatre fois. Il meurt en 1673, quelques heures après avoir interprété le rôle d’Argan, le personnage principal de la pièce.


À consulter :

 

Le texte théâtral

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse