Le tréma

Le tréma (¨) va être placé sur le e et sur le i lorsque l’on veut indiquer que les deux syllabes ou les deux lettres voisines doivent se prononcer séparément.

 

1. Joëlle (Jo - ëlle)
2. Michaël (Micha - ël)
3. Anaïs (Ana - ïs)
4. haïr (ha - ïr)

Suivant cette logique, on comprend mieux comment le tréma peut orienter la prononciation d'un mot.

1. Maïs et mais se prononcent bien différemment bien qu'ils n'aient que le tréma de différence dans leur graphie.


Le tréma apparaît dans l'orthographe de plusieurs autres mots de la langue française.

1. Noël
2. astéroïde
3. coïncidence
4. canoë
5. naïf
6. ambiguï
7. égoïste
8. glaïeul
9. héroïne


Dans le cas d'un e muet qui suit la combinaison de lettres -gu, le tréma se met sur le e et non sur le u. Ce tréma présent sur le e indique que le u qui le précède doit être prononcé et que le e sur lequel il se trouve doit rester muet.

1. aiguë
2. ambiguë
3. bisaiguë
4. ciguë
5. contiguë
6. exiguë

 

Les rectifications orthographiques du français effectuées en 1990 recommandent que le tréma se présente sur le u et non plus sur la voyelle qui le suit.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse