La carte routière

Le but premier de la carte routière est de présenter le réseau routier détaillé d’une région ou d’un territoire. On y trouve ainsi le trajet de toutes les autoroutes, les routes, les boulevards, les rues et les chemins. La carte routière est très utile lors des déplacements à l’intérieur du territoire.

Les cartes à grande échelle permettent de présenter les régions de façon très détaillée. Les cartes routières imprimées sont généralement très grandes, ce qui permet d’obtenir des cartes suffisamment précises.

Lors de la préparation d’un voyage, il sera important de consulter les cartes routières des endroits visités pour se familiariser avec la disposition des routes, leur numéro/nom, la distance entre les villes et les villages et l’emplacement des endroits à visiter. Les cartes routières aideront les voyageurs à planifier un itinéraire.

Éléments présents sur une carte routière

Plusieurs informations utiles se trouvent sur les cartes routières. Outre les routes, on trouve :

  • Un titre qui identifie clairement la région dont les routes sont répertoriées.

  • L’orientation qui indique la position du nord géographique.

  • Les emplacements de lieux précis comme les villes, les villages, ainsi que leur nom.

  • La délimitation des frontières et le nom des différents territoires et régions.

  • Les cours d’eau (rivière, ruisseau, fleuve, baie, lacs…) et leur nom s’il y a lieu.

  • Les montagnes principales, généralement celles dont les sommets sont les plus élevés, avec leur nom et l’altitude de leur sommet.

  • Les infrastructures de transport : aéroport, port, localisation des traversiers et de leurs trajets (ville d’arrivée, ville de départ, durée de la traversée ou distance de traversée), gare, lignes de chemin de fer.

Plusieurs informations importantes pour les voyageurs sur la route s’y trouvent aussi : lieu d’hébergement et de camping, haltes routières, hôpitaux, attractions touristiques, parcs nationaux, réserves fauniques, musées, centres d’interprétation, centre d’information touristique, etc. De plus, entre les villes et les villages, des chiffres indiquent la distance à parcourir entre deux points. La légende vient compléter la carte en précisant la signification de tous les symboles utilisés sur la carte.

Le quadrillage apposé sous les cartes routières permet de situer les lieux avec précision grâce aux coordonnées géographiques : les parallèles et les méridiens. De plus, le plan de ville peut être accompagné d’un répertoire qui énumère les éléments importants du paysage.


Voici un extrait de la carte routière des Laurentides. Pour visionner des cartes plus détaillées, le site du Ministère des Transports du Québec propose la carte routière officielle du Québec en version informatisée.


(cliquer pour agrandir)

Sur cette carte on peut voir :
- En violet, la délimitation des différentes régions du Québec et leur nom.
- En jaune, encadré d’un trait rouge, les autoroutes (avec le numéro de route et des sorties).
- En rouge, les routes principales avec leur numéro.
- Les petits tracés noirs indiquent les chemins de fer. (comme celui qui passe par Sainte-Thérèse et Lachute indiqué CFCP).
- Les villes sont indiquées avec un point noir et leur nom est écrit à côté.
- On distingue aussi les cours d’eau et un parc national.
- Plusieurs pictogrammes annoncent des endroits (exemple : ski alpin, information touristique, camping, aéroport).
- Plusieurs petits chiffres noirs indiquent la distance à parcourir (exemple : entre Gore et Morin Heights, sur la route 329, il y a 19 kilomètres à parcourir).

Calculer la distance sur les cartes routières

Puisque les cartes routières sont utilisées surtout lors des voyages sur route, il est important d’être en mesure d’évaluer la distance à parcourir entre deux points, pour mieux évaluer la durée du transport et les distances qu’il est possible de parcourir dans une journée. C’est pourquoi les cartes routières doivent être suffisamment précises.

Il existe même plusieurs façons d’évaluer la distance entre deux points sur une carte routière. Les deux premières méthodes exigent d’utiliser l’échelle graphique. Celle-ci se situe généralement au bas de la carte et indique la distance réelle proportionnellement à la distance sur la carte.

L'échelle graphique sur une carte routière :

En utilisant l’échelle graphique sur un parcours en ligne droite

La première chose à faire est de repérer les points de départ et d’arrivée. Lorsque la route à suivre fait une ligne droite, il est possible d’utiliser une feuille pour établir la distance.

En positionnant la feuille de façon à ce que les deux points soient alignés avec le bord de la feuille, on peut marquer la feuille avec deux traits vis-à-vis les points. Ensuite, on place le bord de la feuille près de l’échelle graphique de la carte. Il faut s’assurer que le bord de la feuille soit exactement au même endroit que l’échelle et que le point de départ soit aligné au point 0. En utilisant les repères de l’échelle, on peut établir la distance à parcourir.

En utilisant l’échelle graphique sur un parcours irrégulier

Il serait possible d’utiliser la même méthode sur un parcours irrégulier. Toutefois, le résultat obtenu ne serait pas tout à fait exact. C’est pourquoi on peut utiliser une ficelle que l’on positionne en suivant précisément la route à suivre (courbes, virages, lignes droites). En indiquant sur la ficelle les points correspondant aux points de départ et d’arrivée, on peut en deuxième lieu se référer à l’échelle graphique pour établir la distance.

Il ne reste alors plus qu’à placer la ficelle bien droite à côté de l’échelle, la marque du point de départ vis-à-vis le 0 et de faire exactement le même processus qu’avec la feuille.

Avec les distances kilométriques

Comme indiqué plus haut, il arrive parfois que les distances soient indiquées directement sur la carte. Il faut alors porter attention aux petits chiffres inscrits entre deux points. Ces chiffres indiquent la distance à parcourir d’un point à l’autre. En additionnant toutes les données, on obtient la distance entre le point de départ et le point d’arrivée.

Pour se rendre de Saint-Adolphe-d’Howard à Mont-Tremblant (Saint-Jovite), il faut additionner plusieurs distances kilométriques :


(cliquer pour agrandir)

- De Saint-Adolphe-d’Howard à l’entrée de l’autoroute (86), il y a 14 kilomètres.
- De l’entrée 86 à la sortie 88, il y a 2 kilomètres.
- De la sortie 88 à la sortie 89 (à l’entrée de la route 117), il y a 2 kilomètres.
- De l’entrée de la 117 à Saint-Faustin-Lac-Carré, il y a 17 kilomètres.
- De Saint-Faustin-Lac-Carré à Mont-Trembant (Saint-Jovite), il y a 10 kilomètres.

La distance totale à parcourir est donc de 45 kilomètres.

Il est important de bien visualiser les points de repère qui permettent de déterminer ces distances. Cette carte a également des distances plus importantes notées en rouge, dont les limites sont indiquées par des points rouges. Sur cet extrait, il y a un point rouge à Saint-Agathe-des-Monts et un autre à Mont-Tremblant (Saint-Jovite). La distance indiquée est de 29 kilomètres.

La mesure est écrite approximativement à mi-chemin entre les villes pour lesquelles on veut indiquer la distance.

Avec la table des distances

Il arrive souvent que les cartes routières présentent aussi une table de distance. Cette table établit la distance entre toutes les villes et villages d’importance présents sur la carte. Pour déterminer la distance qui nous intéresse, il suffit de trouver les deux villes dans le tableau et de chercher la donnée qui se trouve vis-à-vis les deux villes.

Voici un exemple de table des distances. Selon cette table, il y a 497 kilomètres entre Montréal et Boston, 250 kilomètres entre Québec et Magog et 724 kilomètres entre Mont-Tremblant et New York.


Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse