San Francisco et les risques naturels

San Francisco, avec sa population d'environ 805 000 habitants (en 2010), est la deuxième ville la plus dense des États-Unis, après New York. C’est également la plus grande ville de la Californie. Cette ville se caractérise par un climat doux et tempéré, avec des étés chauds et des hivers frais, mais sans jamais de températures extrêmes. Les colons espagnols fondèrent une ville à l’endroit actuel de San Francisco en 1776, dans le but de christianiser les Amérindiens. 
 
L’endroit a connu son plus grand boom lorsque des gisements d’or ont été découverts près de la ville. La population et le territoire de la ville se sont alors développés à un rythme fulgurant grâce à l’arrivée de nombreux chercheurs d’or.
 
Depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, plusieurs cultures différentes sont passées par San Francisco et cela transparaît encore dans la nourriture locale et dans la culture artistique. Elles sont toutes deux imprégnées des influences amérindiennes, espagnoles, européennes provenant des immigrants qui sont arrivés à divers moments et de celle des chercheurs d’or. San Francisco comprend également quelques quartiers culturels tels que le Chinatown, le Japantown, le quartier italien et le quartier hispanique.
 
Près de San Francisco se trouve également la Silicon Valley, endroit où plusieurs entreprises de recherche et de développement de matériel électronique et informatique se sont installées.

Situation géographique

San Francisco est située au nord de la côte californienne, sur les rives de l’océan Pacifique, dans le sud des États-Unis. La ville est entourée d’eau, puisqu’elle se trouve au milieu de la baie de San Francisco. À l’ouest de la ville, c’est l’océan Pacifique alors qu’au nord et à l’est, c’est la baie. Cette position fait que San Francisco est située au milieu d’un vaste port naturel, abritée par les montagnes de la chaîne côtière.
 

Situation géographique de San Francisco (cliquer pour agrandir)


Site de la ville de San Francisco (cliquer pour agrandir)

La proximité de cette chaîne de montagnes a d’ailleurs des répercussions sur la ville : il y a de nombreuses rues en pentes abruptes dans toute la ville.

 
Centre-ville de San Francisco (cliquer pour agrandir)
 
Face à la ville, dans la baie de San Francisco, se trouve l’île d’Alcatraz où se situe la fameuse prison du même nom, reconnue pour son taux d’évasion minime. Cette prison n’étant plus en fonction, il est maintenant possible d’aller la visiter. De nombreux parcs naturels entourent la région urbaine, dont une réserve de séquoias. Avec la baie, l’océan, les montagnes et les parcs naturels, la ville attire chaque année de nombreux adeptes de sports aquatiques et de randonnée pédestre.

Éléments caractéristiques de San Francisco

Plusieurs éléments de San Francisco contribuent à rendre la ville célèbre. Outre les rues en pente abrupte qui la rendent facilement reconnaissable et les nombreux films qui se déroulent à San Francisco, des éléments comme le Golden Gate et les Cable Cars valent la peine d’être vus.

Les Cable Cars

L’idée d’implanter des Cable Cars à San Francisco est apparue après un accident dans lequel un cheval a perdu pied dans une pente descendante. Ce cheval a entraîné les autres chevaux de l’attelage dans une chute qui leur fut fatale. Un système judicieux a été créé et mis en place pour permettre à la population de monter ou descendre les pentes de la ville rapidement et de manière sécuritaire.

Le concept est simple : un câble métallique est installé juste au niveau de la route et une roue motorisée située à l’extrémité du câble le fait constamment tourner. Le Cable Car qui désire avancer fixe une pince métallique sur le câble et celui-ci tire le car. Il n’y a donc aucun moteur à l’intérieur du car, il n’y a qu’une pince sous le car et qu’un système de freinage pour ralentir le car dans les descentes. Les Cable Cars peuvent avancer ainsi jusqu’à une vitesse de 15 km/h. Ces cars fonctionnent depuis 1873 et sont considérés comme des monuments historiques depuis 1964.  L’ensemble du réseau, les câbles et les cars, fut entièrement rénové dans les années 1980.
 
Il y a 4 cars qui roulent sur 3 lignes. Ils sont utilisés par les touristes qui veulent expérimenter ce moyen de transport, mais ils le sont tout autant par les habitants de la ville qui les utilisent comme mode de transport collectif.


Vue d’un Cable Car grimpant une pente avec Alcatraz en arrière-plan (cliquer pour agrandir)

Le Golden Gate

Le Golden Gate traverse la baie de San Francisco de la ville vers le nord. C’est l’un des ponts les plus connus du monde. Beaucoup de temps s’est écoulé avant sa construction, le transport se faisait alors par voie maritime. Ce transport était insuffisant pour la demande, mais plusieurs personnes considéraient qu’un pont à cet endroit serait trop long et trop cher à construire. Plusieurs hommes se sont tout de même associés pour réunir des fonds suffisants à la construction d’un pont reliant San Francisco au nord de la baie.  La construction fut donc lancée en 1933 et le pont fut inauguré en 1937. Il était alors le plus grand pont suspendu au monde.

Comme la région subit fréquemment des tremblements de terre plutôt violents, le pont a été conçu pour que sa structure ne se brise pas ou ne se déforme pas en cas de séisme. Par contre, les connaissances sur les séismes étant plus nombreuses maintenant, les spécialistes ont décrété que le pont ne résisterait pas à un tremblement de terre de plus de 7 sur l’échelle de Richter. C’est pourquoi d’énormes travaux visant à solidifier toutes les parties du pont ont été amorcés en 2002
 

Le Golden Gate (cliquer pour agrandir)
 
La couleur de la peinture du pont, orangée, est conçue pour rendre le pont plus visible en cas de brouillard. Cette couleur spéciale rend le Golden Gate unique, il resplendit dans la lueur du soleil couchant. Un droit de passage doit être acquitté lorsque l’on utilise le Golden Gate en direction de San Francisco, comme les deux autres ponts traversant la baie de San Francisco.

La faille de San Andreas et les séismes

La côte ouest américaine se trouve à l’endroit où deux plaques tectoniques se rencontrent : la plaque de l’Amérique et la plaque du Pacifique. Cette région fait partie de la Ceinture de feu du Pacifique. Il n’y a pas de volcan dans la région californienne, mais l’activité sismique y est très élevée.

 
La faille de San Andreas, vue d’un satellite (cliquer pour agrandir)

L’océan Atlantique à l’est pousse la plaque de l’Amérique vers l’ouest. La plaque de l’Amérique pousse à son tour sur la plaque du Pacifique qui s’est repliée peu à peu sous la plaque continentale. Sous l’effet de cette intense activité, une immense faille s’est formée à la jonction des deux plaques : la faille de San Andreas. Cette faille est la plus grande et la plus active faille du globe. Elle traverse toute la Californie du nord au sud.
 
 
Représentation schématique du mouvement des plaques tectoniques près de la faille de San Andreas (cliquer pour agrandir)

Bien qu’on l’appelle la faille de San Andreas, il s’agit plutôt d’un système de plusieurs failles plus petites regroupées en 3 ensembles indépendants. Ce réseau de failles s’étire tout de même sur 1 300 kilomètres de long (du nord au sud) et sur 140 kilomètres de large (d’est en ouest). Le glissement de la faille (les deux plaques qui glissent l’une contre l’autre) est entre 3,4 et 5,5 centimètres par année.

 
Vue sur l’impact de la faille sur le relief au sol (cliquer pour agrandir)

L’activité géologique est tellement intense que les mouvements des plaques et le glissement de la plaque peuvent causer environ 200 séismes par année. San Francisco est donc une ville qui peut subir des secousses fréquentes et parfois très fortes. C’est pourquoi toutes les nouvelles constructions doivent répondre à des normes très strictes de manière à ce qu’elles résistent aux tremblements de terre. C’est également pour cette raison que le Golden Gate subit encore aujourd'hui de nombreuses rénovations.

Les séismes historiques à San Francisco

Plusieurs petits tremblements de terre frappent San Francisco chaque année. La force de ces tremblements de terre varie, mais certains d'entre eux ont marqué l’histoire et l’aspect de la ville. Lors de la construction du Golden Gate, une secousse s’est fait sentir alors que 5 hommes étaient sur l’un des piliers. Sous l’effet de la secousse, le pilier s’est mis à faire un mouvement de balancier. Les travailleurs ont dû s’accrocher fortement au pilier le temps que le séisme cesse et que le pilier reprenne sa position initiale. Heureusement, aucun de ces hommes n’est tombé.
 
Le plus gros séisme de toute l’histoire de San Francisco date du 18 avril 1906. Cette secousse fut d’une violence inouïe : 8,5 sur l’échelle de Richter (la force maximale étant de 9 et plus) et dura 48 secondes.  Le séisme soulève le sol et fait s’effondrer de nombreux édifices. Les conséquences du tremblement de terre furent encore plus catastrophiques puisque les canalisations de gaz ont cédé sous les effets des secousses, causant ainsi un violent incendie. Ce feu a brûlé 28 000 immeubles et a complètement anéanti les édifices datant de la ruée vers l’or. En tout et pour tout, le séisme de 1908 a fait 450 morts et quelque 25 000 sans-abri. Le tremblement de terre a également causé un élargissement considérable de la faille de San Andreas.
 

San Francisco après le tremblement de terre 1906

Le dernier gros tremblement de terre depuis celui de 1908 est survenu en 1989. D’une force de 7,1 sur l’échelle de Richter, ce séisme fut beaucoup moins destructeur que le précédent, en partie grâce aux normes antisismiques appliquées à la construction des immeubles. Les nouveaux immeubles ont résisté aux secousses et ce ne sont que certains vieux bâtiments qui se sont écroulés. Le Bay Bridge, l’un des ponts de San Francisco, s’est effondré dans l’une de ses sections. On dénombre 67 victimes causées par ce séisme.

Le Big One et la prévention

Plusieurs personnes prédisent qu’un autre gros tremblement de terre touchera San Francisco d’ici 2030.  Selon les prédictions et l’activité sismique de la région, ce tremblement de terre serait d’une violence extrême. Ce tremblement de terre possible est surnommé le Big One. Il serait tellement fort que la faille pourrait détacher la Californie du reste du continent. Certains scénarios plus pessimistes prédisent même que la péninsule de San Francisco pourrait être engloutie par la mer.
 
Afin de prévenir les habitants en cas de tremblement de terre, des équipes de spécialistes observent attentivement le degré d’activité sismique autour de la faille de San Andreas. Leurs appareils très sensibles leur permettent de prévoir les secousses et leurs forces et d’ainsi aviser la population en cas de séismes violents.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse