Les îles Galápagos

Situation géographique et histoire

Les îles Galápagos sont nées il y a plusieurs millions d’années alors que des volcans ont surgi de l’océan Pacifique. À leur naissance, les îles étaient alors complètement couvertes de lave et aucun animal n’y vivait. Les îles sont ainsi constituées de magma et de lave. Quelques volcans y sont encore actifs aujourd’hui.


Emplacement des îles Galápagos (cliquer pour agrandir)

L’archipel est composé de 13 îles principales, 7 îles secondaires et une centaine d’îlots. Toutes ces parcelles de terre sont réparties sur une surface de plus de 8 000 kilomètres carrés au milieu du Pacifique. Plus précisément, les îles Galápagos se trouvent à environ 800 kilomètres à l’ouest des côtes de l’Amérique du Sud, à peu près vis-à-vis l’Équateur.

 
Carte de l’archipel (cliquer pour agrandir)

L’archipel aurait été découvert au 16e siècle, mais n’aurait présenté aucun intérêt. Au 17e et au 18e siècle, les îles servaient de refuge aux pirates qui y passaient pour se ravitailler en eau et en nourriture. Quelques années plus tard, ce sont les chasseurs de baleine qui y passaient. En 1832, l’archipel est annexé à l’Équateur, où le gouvernement de Quito met en branle un plan de colonisation des îles Galápagos. Ce n’est qu’en 1959 que l’archipel est considéré comme un parc national. 97% de la superficie des îles est alors protégée. En 1986, une réserve marine est créée pour protéger les espèces côtières. Ces deux parcs font maintenant partie de la Liste de l’UNESCO.

Les volcans

Les îles Galápagos sont des îles d'origine volcanique. L'archipel est situé à la jonction de trois plaques tectoniques, soit celles de Nazca, de Cocos et celle du Pacifique. Par conséquent, il existe de nombreux volcans, dont le plus haut est le volcan Wolfe, qui culmine à 1 707 mètres. Ces volcans sont actifs : on a rapporté plus d'une soixante d'éruptions volcaniques depuis deux siècles.


Le volcan Wolf (cliquer pour agrandir)
Source

La faune et la flore

La faune et la flore des Galápagos seraient issues de l’Amérique du Sud et auraient abouti sur les îles peu de temps après leur formation. Les espèces se sont alors diversifiées par rapport aux espèces originales et se sont également diversifiées d’une île à l’autre selon les vents, les courants et la nourriture. La diversité écologique des îles Galápagos est assez impressionnante : 300 espèces de poissons, 1 600 espèces d’insectes, 650 espèces de mollusques, oiseaux marins variés, plusieurs reptiles. Plusieurs espèces animales et végétales des Galápagos sont uniques au monde. Elles sont endémiques, c'est-à-dire qu'elles n'existent nulle part ailleurs.

Les tortues géantes

Les animaux les plus reconnus des Galápagos sont sans doute les tortues géantes qui portent le même nom que l’archipel. Le nom des îles a d’ailleurs été influencé par la présence de ces immenses tortues terrestres. En effet, en voyant la forme inhabituelle de la carapace de ces tortues, les Espagnols leur ont donné le nom de Galápagos, qui allie les notions de tortue et de selle dans le même mot. Ce nom leur est venu parce que ces tortues ont une carapace qui rappelle la forme d’une selle. On retrouve un peu plus d'une dizaine d'espèces de tortues géantes sur les îles Galápagos. Malgré leur grande taille, ces tortues conservent la même carapace toute leur vie, ce sont les écailles de celles-ci qui grandissent au fur et à mesure qu'elles grandissent. Ces animaux peuvent ainsi peser jusqu’à 250 kilogrammes et vivre plus de 150 ans.

 
Une tortue géante des Galápagos (cliquer pour agrandir)
 
Le 24 juin 2012, une des espèces de tortue géante des Galápagos s'est éteinte. Georges le solitaire, le dernier représentant de l'espèce, est décédé. Il avait plus de 100 ans.


Georges le solitaire en 2006 (cliquer pour agrandir)
Source

Les iguanes

Outre les tortues géantes des Galápagos, l’archipel regroupe une autre espèce unique : l’iguane marin. Cet animal est le seul lézard marin au monde. Malgré son aspect quasi préhistorique, l’iguane marin est très pacifique. D’une taille d’environ 1,20 mètre, son corps est spécialement adapté pour vivre près des eaux salées. Il peut même passer plus de 30 minutes sous l’eau.

 
L’iguane marin des Galápagos (cliquer pour agrandir)

La mangrove

La mangrove est une forêt que l'on retrouve sur le littoral des mers tropicales. Elle a la particularité d'être composée d'arbres et d'arbustes ayant des racines qui se développent hors de la terre. La mangrove des Galápagos est très importante puisqu'elle sert de refuge à plusieurs espèces d'oiseaux, de poissons et de crustacés.


Une mangrove (cliquer pour agrandir)
Source

Charles Darwin

Charles Darwin est un scientifique qui a participé à une expédition sur les Galápagos en 1835. Sur cet archipel, il fait non seulement la découverte des espèces uniques de tortues et d’iguanes, mais aussi de 13 espèces distinctes d’oiseaux. En constatant à quel point ces espèces d’animaux sont semblables à des espèces de l’Amérique du Sud, tout en étant différentes et uniques, il forge sa théorie sur l’évolution des espèces, l’adaptation et la sélection naturelle. C’est en partie grâce aux théories de Darwin que les îles Galápagos sont devenues un symbole de la biodiversité et de l’évolution naturelle.


Charles Darwin (cliquer pour agrandir)
Source

Les impacts des activités humaines sur le milieu naturel

Tout ce qui compose l’archipel des Galápagos est unique : les courants marins, la géologie et les espèces animales. Pourtant, tout ce qui fait la renommée des Galápagos est maintenant en péril. Le fragile équilibre naturel est menacé par la présence de l’homme.
 
Que ce soit l’implantation colonisatrice amorcée par l’Équateur ou les bateaux touristiques qui envahissent les îles, les animaux des Galápagos ont peine à y survivre. Aujourd’hui, environ 18 000 personnes habitent sur les îles Galápagos et la population augmente de 8% par année. L’environnement est modifié et les animaux ne peuvent s’adapter à des modifications aussi rapides. Des troupeaux de chèvres implantés par les humains épuisent les ressources végétales dont se nourrissent les espèces sauvages, des hordes de chiens errants ont éliminé un groupe d’iguanes, des braconniers continuent de tuer des tortues pour leur chair, les bateaux polluent l’eau dans laquelle évoluent les espèces marines, etc.
 
La situation est alarmante si aucune action n’est prise pour protéger mieux cet archipel naturel unique au monde. Pourtant, le gouvernement de l’Équateur encourage encore le peuplement des Galápagos et le tourisme de masse continue de se développer autour des Galápagos.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse