Mexico : territoire urbain

Mexico est la capitale du Mexique. La ville est située au même endroit qu’une ancienne cité aztèque fondée en 1325. Ce sont les Espagnols qui lui ont donné le nom Mexico lors de la conquête du territoire au 16e siècle. Avec plus de 20 millions d’habitants, Mexico est l’une des plus grandes métropoles du monde.
 

Un aperçu de la taille de Mexico (cliquer pour agrandir)
 
La ville est située dans une région montagneuse du Mexique, près de volcans et de zones sismiques (où les tremblements de terre sont plus fréquents).

Histoire

Après l’arrivée des Espagnols (16e siècle), une épidémie de variole a touché violemment la population de Mexico. La ville s’est ensuite développée lentement, jusqu’au 20e siècle, où de fortes vagues d’immigration ont fait grimper la population : de 1940 à la fin du 20e siècle, celle-ci est passée de 1,6 million à près de 20 millions d’habitants.
 
Mexico a été touchée par de nombreux tremblements de terre. L’un de ces séismes a été si percutant qu’il marque encore l’histoire de la ville. Le 19 septembre 1985, la région est secouée par un tremblement de terre d’une force inouïe : 8,1 sur l’échelle de Richter (sur un maximum observé de 9,5). Pendant deux minutes complètes, ce séisme a fait trembler la ville et s’écrouler de nombreux bâtiments. Plus de 10 000 personnes sont décédées et certains endroits de la ville portent encore les traces de cet évènement.

Le rayonnement international et les attraits de Mexico

Plusieurs constructions, fêtes et places incitent les visiteurs à s’attarder dans Mexico. Les Mexicains ont la réputation d’être des gens accueillants et festifs et cela transparaît lorsque l’on visite la capitale. Voici quelques lieux qui participent au rayonnement international de Mexico.

Le Zócalo

Le Zócalo est une grande place publique située à l’endroit où la ville est née, à l’époque des Aztèques, sur l’ancienne île au milieu du lac. Tout autour de la place se trouvent des bâtiments historiques qui valent le détour, dont le Palais National, construit au 16e siècle sur des ruines, et la Cathédrale, construite de 1753 à 1820. La Cathédrale s’enfonce doucement dans le sol, toujours mou et boueux à cause de l’ancien lac qui s’y trouvait.  
 

Tous les ans, le 15 septembre, les Mexicains se réunissent dans cette immense place pour célébrer l’indépendance de leur pays, qui date de 1821 (cliquer pour agrandir)

Des rues bien spéciales à Mexico

L’avenue Insurgentes est la plus longue rue de toute la ville de Mexico. Elle s’étire sur quelque 40 kilomètres. Comme elle traverse la ville du nord au sud et qu’elle est particulièrement longue, on distingue les rues Insurgentes Norte et Insurgentes Sur. C’est sur cette artère importante que l’on peut voir, entre autres choses, le monument érigé en mémoire d’un jeune souverain aztèque qui a été torturé et assassiné par les conquérants espagnols.
 
Il y a également le Paseo de la Reforma qui retient l’attention. Ce nom signifie littéralement la Promenade de la Réforme, en souvenir des nombreuses réformes politiques effectuées par le président Benito Juárez, au 19e siècle. Cette avenue mesurant 12 kilomètres de long coupe la ville diagonalement. À la base, elle servait à relier l’un des châteaux (le château de Chapultepec) au Palais national (au Zócalo). Elle n’est peut-être pas aussi longue que l’avenue Insurgentes, mais elle est considérée comme l’une des plus belles rues de la ville de Mexico. De plus, elle passe tout à côté du plus haut gratte-ciel de l’Amérique latine : le Torre Mayor. Cette avenue fait parfois penser aux Champs-Élysées, à Paris, en raison de son architecture plutôt européenne et de son orientation en diagonale.
 

Paseo de la Reforma

Le parc de Chapultepec

Ce parc situé au cœur de la ville s’étire sur quelques kilomètres de long, en suivant la rue Paseo de la Reforma. Le parc s’étend autour d’une petite colline, lieu où les premiers Aztèques s’étaient installés lors de leur arrivée dans la région.
 

Château de Chapultepec (cliquer pour agrandir)
 
Le château de Chapultepec trône au milieu du parc ainsi que d’autres bâtisses historiques et musées. Le lieu fut également un champ de bataille durant la guerre américano-mexicaine de 1847. Outre ces bâtiments, musées et monuments, le parc comprend de nombreux canaux, étangs, jardins fleuris et même un jardin zoologique.
 

Notre-Dame de Guadalupe

Église située au cœur de la métropole, elle est le second monument catholique le plus visité au monde, après la Cité du Vatican. Cette énorme popularité trouve sa source dans un événement particulier : en 1531, une apparition divine y aurait eu lieu, incitant bon nombre d’Aztèques à se convertir à la religion catholique. L’apparition se serait présentée comme la « mère du vrai Dieu » et aurait laissé son visage miraculeusement imprimé sur le vêtement d’un jeune aztèque. 475 ans plus tard, ce vêtement ne montrerait aucun signe de dégradation. Même le pape Jean-Paul II est allé par deux fois en pèlerinage à Notre-Dame de Guadalupe, se prosternant devant l’image et l’invoquant comme la mère des Amériques. Chaque année, ce sont plus de 10 millions de personnes qui se rendent pour contempler l’objet, prier ou faire des offrandes. Puisque, selon la légende, l’apparition aurait eu lieu un 12 décembre, la foule afflue particulièrement en grand nombre cette journée-là.

L’organisation et la gestion de la ville

Une ville aussi immense s’étant développée subitement demande une organisation et une gestion accrues. Chaque année, de nouveaux quartiers émergent on ne sait comment et les plans d’urbanisme doivent les inclure et aménager le développement de la ville en fonction de ces nouveaux quartiers. De plus, la mégalopole s’étale sur plus de 1500 kilomètres carrés et est peut-être la ville la plus peuplée au monde. Afin de rendre la ville plus agréable et plus facile à gérer, elle a été développée en damier, c’est-à-dire en rues droites et toujours parallèles ou perpendiculaires.

Les déplacements

Mexico abrite un nombre phénoménal de voitures, autobus et taxis qui assurent le transport des touristes, citadins et travailleurs. C’est d’ailleurs Mexico qui est la ville souffrant le plus de smog dans le monde. Elle est si polluée qu’il arrive que des oiseaux meurent en plein vol, asphyxiés par le smog de la métropole. Les autorités de la ville interdisent la circulation d’une partie des véhicules selon le jour de la semaine afin de limiter l’émission de gaz polluants.
 

Smog sur Mexico (cliquer pour agrandir)
 
Pour contrôler la situation en diminuant le nombre de voitures en circulation, la ville a implanté un réseau de 207 kilomètres de métro électrique. Aussi, de plus en plus de taxis, à l’allure de petites coccinelles vertes, roulent en consommant moins d’énergie.
 

Taxis nouveau genre à Mexico (cliquer pour agrandir)

La gestion des déchets

Chaque jour, la mégalopole génère 16 000 tonnes de déchets, tous envoyés au dépotoir situé à quelques kilomètres au nord de la ville. Certaines personnes, plus pauvres, dépendent de ces déchets pour subsister. Un bidonville s’est construit à même le dépotoir. La collecte sélective pour le recyclage n’est pas encore établie à Mexico.

Logements

Il manque de logements à Mexico pour satisfaire la demande. C’est pourquoi la ville se développe constamment dans ses périphéries. Elle est aujourd’hui si étendue qu’il est impossible d’en cerner la fin, même en regardant depuis un point élevé. On doit maintenant bâtir en hauteur (tours d’habitations, gratte-ciel) pour s’assurer d’offrir une quantité de logements suffisante.

L’approvisionnement en eau

Bien que la cité ait d’abord été créée près d’un lac, l’approvisionnement en eau représente maintenant un défi pour Mexico. Le développement fulgurant de la ville, l’agriculture et les manufactures ont rapidement asséché complètement le lac. La situation géographique de la ville (volcans, montagnes) ralentit l’efficacité du cycle de l’eau. Les besoins quotidiens dépassent largement ce que le réseau peut offrir et les réserves d’eau dépendent exclusivement des précipitations, car les sources souterraines sont le plus souvent épuisées.
 
De plus, les réseaux d’aqueducs, tout comme ceux du recueillement des eaux usées, sont vieux et fragiles. Ils sont parcourus de fuites et de bris qui fait monter en flèche le coût de la distribution de l’eau potable et de l’assainissement des eaux.

La santé

Les problèmes de santé les plus fréquents à Mexico sont causés par la pollution atmosphérique. Mexico a le plus haut taux de pollution atmosphérique au monde et cela affecte ses habitants : problèmes respiratoires, allergies, asthme, cancer du poumon. Il y a également les problèmes de santé découlant des difficultés d’approvisionnement en eau : diarrhée, paludisme et divers types d’infections causées par des bactéries ou autres microorganismes.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse