Marco Polo


Marco Polo

Marco Polo est né à Venise en 1254. Son père, qui était un riche commerçant, était parti en voyage en Orient lorsque Marco Polo vit le jour. Lorsque son père est revenu à Venise, Marco Polo était déjà âgé d'une quinzaine d'années. Père et fils vont retourner en Orient afin de découvrir des contrées inconnues.

La ville de Venise à l'époque

À cette époque, Venise est une cité commerciale prospère. Ayant établi des liens avec les territoires voisins, les commerçants de Venise profitent des richesses venues de l'Orient (épices, pierres précieuses, soie). Les marchands ont développé des relations commerciales importantes avec les Byzantins, qui contrôlent la ville de Constantinople, et les musulmans, qui contrôlent la route de la soie. 
 

Représentation de Venise au 13e siècle 
 
Les Européens ont accès aux richesses asiatiques grâce aux échanges commerciaux. Toutefois, la connaissance du monde oriental est très limitée. Les commerçants ne naviguent pas beaucoup au-delà de Constantinople. Les Européens ignorent alors tout de la géographie, de la culture et des habitudes de vie des contrées plus à l'est.


 Représentation du monde tel qu'imaginé au Moyen Âge (cliquer pour agrandir)

Les voyages

Deux voyages ont permis d'établir des liens avec des contrées éloignées en plus de favoriser une meilleure connaissance du monde.

Le premier voyage

Le premier voyage n'a pas été accompli par Marco Polo, mais bien par son père et son oncle. Ces derniers sont partis de Venise quelques mois avant la naissance de Marco Polo. Le but premier de ce voyage est strictement économique : établir des liens commerciaux et échanger des marchandises.

Toutefois, ce voyage va être rempli de péripéties qui vont en étirer la durée et faire varier la route parcourue. Les deux frères vont faire la rencontre de l'empereur Kubilai Khan. Se montrant très curieux face à ces visiteurs, l'empereur souhaite en apprendre beaucoup sur leur pays, leurs coutumes et leur religion. Les frères Polo découvrent eux aussi une nouvelle culture : la civilisation chinoise. Ils séjournent là-bas avant d'entreprendre la route du retour vers Venise.

Avant leur départ, l'empereur leur a toutefois demandé de revenir avec une centaine de savants. Ces derniers auraient pour mission d'enseigner la religion et les sciences européennes aux sujets de l'empereur. Les frères Polo reviennent à Venise en 1269, soit 15 ans après leur départ. Le projet exigé par Khan ne peut se concrétiser avant quelques années puisque des problèmes liés à la succession du pape surviennent au même moment.

Le deuxième voyage

En 1271, le père et l'oncle de Marco Polo repartent vers la Chine. Cette fois, Marco Polo part avec eux. Ce voyage, qui durera en tout 24 ans, marquera la vie de Marco Polo.

Sur le navire, il y a les trois hommes de la famille Polo ainsi que deux missionnaires. L'équipage utilise à la fois la voie maritime et la voie terrestre pour arriver à destination. Une fois parvenu en Chine, les hommes vont y séjourner environ 16 ans. Tout au long de ce séjour, tous les membres de l'expédition en profitent pour explorer la région. Pour sa part, Marco Polo va souvent partir en mission au nom de l'empereur.

En 1291, l'équipage prend la route et met le cap sur Venise. Le retour s'avère une fois de plus un périple maritime et terrestre. Les explorateurs s'arrêtent, entre autres, à Bagdad et passent par la mer Noire. Ils rentrent à Venise en 1295 après 24 ans d'absence. 


Carte représentant l'itinéraire du deuxième voyage 

 
Après ce voyage, Marco Polo va tenter de repartir, mais il sera capturé et fait prisonnier. Après ces péripéties, il vivra une vie de marchand à Venise jusqu'à sa mort en 1324, à l'âge de 70 ans. 

Les récits de voyage

Alors qu'il est fait prisonnier par un navire de Gênes, Marco Polo entreprend de rédiger ses récits de voyage. Toutefois, il ne les écrit pas lui-même. Il profite de la présence d'un auteur de romans de chevalerie dans sa cellule pour lui dicter ses souvenirs. Ces récits sont donc tout autant la représentation des souvenirs de Marco Polo que de l'imagination de cet auteur. On doit à Marco Polo les récits de voyage Devisement du monde, plus fréquemment nommé Le Livre des merveilles du monde en français. D'ailleurs, bien que Marco Polo soit Italien, il dicte ses récits en français.

Le processus de rédaction est entrepris dès 1298. Marco Polo décrit ses souvenirs, ses rencontres, les villes et les paysages qu'il a vus. Il fournit des détails sur la faune, la flore, les gens, les coutumes et les villes. Dans ses récits, il raconte les deux voyages : celui de son père et le sien. Il explique, avec le plus de précision possible, les itinéraires de voyage. Il raconte tout grâce à un excellent sens de l'observation mêlé à la naïveté de quelqu'un faisant face à un monde inconnu.


L'une des pages du récit de voyage de Marco Polo 
 
Le texte original des récits de Marco Polo est perdu, mais il subsiste encore quelques 150 manuscrits traduits dans toutes les langues.

Les impacts des voyages de Marco Polo

La précision avec laquelle Marco Polo a décrit les itinéraires et les paysages a permis l'élaboration de cartes du monde plus exactes. D'ailleurs, certaines cartes de l'époque empruntaient des noms et des itinéraires puisés directement dans les récits de Marco Polo. Nombreux sont les atlas qui intègrent des citations de Marco Polo. Les voyages de Polo ont enfin ouvert la voie aux grands voyages de la Renaissance. Les explorations de Marco Polo ont inspiré plusieurs navigateurs et explorateurs des siècles ultérieurs, dont le fameux Christophe Colomb.

Les récits de voyage et la vérité

Certaines personnes remettent aujourd'hui en doute la véracité des évènements rapportés dans les récits de Marco Polo. Certains en viennent même à douter qu'il ait réellement mis les pieds en Chine. Ces gens soulèvent le fait qu'il n'y a aucune preuve qu'il y soit réellement allé. De plus, plusieurs lacunes émanent de ses récits. En effet, Marco Polo ne mentionne jamais la présence de la Grande Muraille de Chine ni le fait que les Chinois mangent avec des baguettes et que les femmes ont les pieds bandés. Il n'y a pas non plus de mention quant aux vêtements et aux traits physionomiques particuliers aux Chinois.

Ces lacunes viennent peut-être du fait que Marco Polo a dicté ses voyages à quelqu'un qui n'avait rien vu de tout cela. Il en était aussi de même pour les copistes qui devaient transcrire des descriptions de choses et de personnes qu'ils n'avaient pas vues. Les illustrations du texte montrent bien cette réalité : les vêtements et les traits des visages des personnages n'ont rien à voir avec les Chinois. Confrontés à une réalité inconnue, les copistes et les illustrateurs ont probablement modifié les descriptions pour en arriver à un résultat fidèle à ce qu'ils connaissaient.


Cette image est une illustration du récit de Marco Polo. Les Asiatiques qui y sont présentés portent des vêtements européens et n'ont pas les traits propres aux Asiatiques. 
 
En réalité, il n'y a absolument aucune preuve qui affirme que Marco Polo ait bel et bien voyagé jusqu'en Chine, tout comme il n'y a absolument aucune preuve qu'il n'y soit jamais allé. Qu'il y soit allé ou non, on ne peut nier que Marco Polo a ouvert l'Europe à des sections du monde qu'elle ignorait, a donné le goût à d'autres de partir à l'aventure et a ainsi ouvert la voie aux grandes explorations.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse