L'urbanisation de Londres

Londres : première ville industrielle

Par sa situation géographique, Londres s’est surtout développée en ville portuaire. Dès le 14e siècle,  le développement de Londres se faisait autour de 2 pôles : la City (à l’est) axée sur la vie économique et Westminster (à l’ouest), siège de la royauté et de la vie politique. Le port a continué son expansion dès la période coloniale et Londres se trouvaient ainsi au cœur des axes commerciaux, ce qui en a fait le port le plus important du monde. Rapidement, l’agglomération londonienne a débordé de l’enceinte de la ville.

Évènements marquants de l’histoire de Londres

Au milieu du 17e siècle, la population de Londres a été décimée en partie à cause de la Grande Peste. C’est effectivement le septième de la population totale qui a été emportée par cette peste.
 
En 1666, Londres était déjà la ville la plus peuplée du royaume. Malheureusement, un incendie se propagea le 2 septembre. Le feu a rapidement envahi les maisons, construites en bois à l’époque. Le feu n’a été contrôlé que le 5 septembre, soit 3 jours après le début de l’incendie. Le feu a finalement été éteint le 9 septembre, en bonne partie grâce à la pluie. L’état de la ville était alors catastrophique : 80% de la ville a été détruite dont la plupart des édifices publics. Des milliers de personnes étaient sans abri.


Le grand incendie de Londres

La reconstruction de Londres

Après l’incendie, l’entreprise de reconstruction a marqué la première opération d’urbanisme de l’histoire de Londres. Les architectes ont alors entrepris d’éliminer les sections gothiques de la ville au profit de nouveaux bâtiments à l’architecture baroque et classique. La pression démographique cause l’étalement urbain dans les faubourgs environnants. Au cours des siècles qui vont suivre, les dirigeants de Londres ont continué la réfection de Londres dans les mêmes principes. C’est au cours de cette période que plusieurs ponts ont été construits.

Londres au 19e siècle

Au début du 19e siècle, Londres était la seule ville d’Angleterre qui abritait plus de 100 000 habitants. La croissance de la ville était déjà bien amorcée avec les débuts de l’industrialisation. Les principales industries sont le coton, les chemins de fer et la sidérurgie. La ville débordait et a englouti la plupart des faubourgs périphériques. En 1851, la population était estimée à 2,3 millions. Londres était en voie de devenir une métropole puissante : ville la plus peuplée du monde, cœur de la vie financière et du capitalisme. Londres exerçait une forte attraction chez les provinciaux et chez les immigrants. Le début de l’industrialisation est l’époque où le développement et l’expansion de la ville étaient de moins en moins contrôlés.

Londres : vitrine industrielle

Première ville industrialisée, Londres a longtemps été une référence en matière de technologies et d’industries. Cette influence s’était surtout manifestée lors des deux expositions universelles. C’est au cours de ces expositions que les industriels démontraient leur savoir-faire et leurs innovations à tous les visiteurs. À l’exposition de 1851, Londres a d’ailleurs accueilli environ 6 millions de visiteurs.


Le Crystal Palace, pavillon de l’Exposition universelle de Londres en 1851

Les quartiers de Londres

Au début du 19e siècle, les quartiers de Londres sont délimités par les fonctions des gens qui y habitent. Le quartier des affaires est contrôlé par la nouvelle classe bourgeoise : on y trouve les grandes sociétés, les banques et la bourse. En 1851, le quart de la population habitait ce quartier des affaires, c’est la classe affaire, motivée par le désir du gain. 80% de la population habitait les quartiers ouvriers. Les ouvriers s’entassaient dans des espaces réduits. La promiscuité des quartiers ouvriers invitait à la violence. C’est d’ailleurs à cette époque, en 1888, que Jack l’Éventreur a commis ses crimes. Les conditions de vie étaient si pénibles que l’on estime qu’en 1889, le tiers de la population londonienne vivait sous le seuil minimal vital.

Les innovations urbaines du 19e siècle

Les transports urbains ont été les premiers à être implantés pour améliorer la situation à Londres. En 1829, les premiers omnibus circulaient déjà dans la ville. En 1836, c’est l’arrivée du chemin de fer qui a changé le visage de la ville. En 1863, l’ancêtre du métro londonien a été implanté : train vapeur circulant en tranchée ou en tunnel. Le vrai métro a été inauguré en 1900. Surnommé le London Tube, ce métro fonctionnait avec des trains électriques.

John Nash (1752-1832)

Architecte de formation, John Nash était l’urbaniste attitré du roi George IV et il a grandement contribué à la transformation urbaine de la capitale britannique. C’était à John Nash que le roi avait confié la conception des nouveaux aménagements de la ville, après quoi il a produit un plan public de développement urbain. Ce plan incluait de vastes avenues (plus propices à la nouvelle circulation), des places publiques, des bâtiments prestigieux. C’est d’ailleurs John Nash qui a conçu le Buckingham Palace, la National Gallery et Trafalgar Square.


Le Buckingham Palace, maison officielle de la famille royale

Par contre, on a souvent reproché à John Nash de n’avoir pas su doter Londres d’une unité de style. D’ailleurs plusieurs ont critiqué les excès néogothiques de Nash. À la fin du 19e siècle, en 1890, Londres couvrait un territoire de 316 kilomètres carrés et comprenait quelque 7 800 rues.

Évolution de la population de Londres

Année Population
1851 2,3 millions d’habitants
1900 6 millions d’habitants

 Taux d’urbanisation en Europe en 1910

Pays Taux d’urbanisation
France 44%
Allemagne 62%
Grande-Bretagne 90%

Les exercices

Les références

Histoire de Londres


  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse