L'urbanisation de Paris

Haussmann et la création d’une ville moderne

Au 19e siècle, la ville de Paris a subi de nombreuses transformations, la faisant passer de vieille cité médiévale à une ville moderne inspirante. Ces modifications sont, comme pour toutes les autres villes occidentales, principalement causées par la révolution industrielle. Paris attirait alors plusieurs nouveaux arrivants des campagnes et de l’étranger. Le territoire urbain s’est étalé peu à peu à l’extérieur des murailles de la ville. Les banlieues se sont ainsi développées, dont l’étalement est stimulé par le manque de logements dans la ville et par l’arrivée des nouveaux transports comme le train.

La population

En 1801, la population française s’élevait à 29 millions, ce qui représentait alors 17% de la population européenne. La population urbaine française s’élevait alors à 5,1 millions. L’urbanisation a fait de Paris la ville la plus peuplée. En 1836, il y avait 1 million d’habitants à Paris. Ce chiffre a doublé en 1866 pour éventuellement atteindre 3 millions de personnes en 1886.

Les problèmes urbains

Cette augmentation rapide de la population parisienne s’est accompagnée de son lot de problèmes : pauvreté des nouveaux arrivants, création de zones pauvres dans la ville et dans les banlieues, entassement, manque de salubrité, etc. Rapidement, les autorités avaient compris qu’elles devaient reformer la ville, la modifier selon la nouvelle réalité.

Première tentative d’amélioration de Paris : l’urbanisme de Napoléon

Les différents régimes politiques français du 19e siècle ont tenté de réaménager Paris. Ce fut d’ailleurs le cas avec Napoléon. Le but du premier empereur fut alors de faire de Paris la véritable capitale européenne. Pour y parvenir, il prévoyait détruire toute la ville ancienne et améliorer la circulation. Toutefois, Napoléon n’y est pas arrivé.
 
Il a tout de même entrepris plusieurs travaux. L’urbanisme pratiqué par Napoléon était formé à la fois de prestige et de régulation : donner de l’éclat à la ville tout en régulant la densité et la circulation. Les travaux incluent : construction de nouvelles rues, dégager la façade du Louvre, construction de nouvelles passerelles et de nouveaux ponts, aménagement de canaux et bassins, nouveaux monuments, dont l’Arc de triomphe. Plusieurs autres travaux ont été amorcés, mais ne furent jamais complétés alors que d’autres n’ont jamais vu le jour.


La façade actuelle du Louvre


L’Arc de triomphe

Les travaux pendant la Restauration

La première action d’urbanisme réalisée pendant la Restauration fut la commission chargée de poser les diagnostics sur la ville et d’examiner le centre-ville. Les conclusions concernaient principalement le caractère désuet du vieux centre médiéval, qui suscitait le dégoût général des autorités. De plus, un déséquilibre s’était créé entre les deux rives de la Seine : la rive droite était riche en nouveaux quartiers et en nouveaux développements tandis que la rive gauche n’était développée par aucun projet. Finalement, le rapport concluait que la ville avait besoin de se doter d’un réseau de voies urbaines cohérent. Il y avait en effet plusieurs gares dans la ville, mais ces dernières n’étaient pas reliées entre elles, ni reliées au centre-ville.
 
C’est pourquoi de nombreux travaux furent amorcés entre 1815 et 1848 : 175 nouvelles rues furent créées. Plusieurs de ces nouvelles rues exigeaient d’exproprier des gens et de démolir plusieurs maisons afin d’avoir suffisamment d’espace pour le tracé. Toutefois, les travaux entrepris furent rapidement limités par le manque de ressources financières et les lois en place. Les autorités ont refusé d’endetter la ville et ont donc mis fin aux travaux. La situation est restée la même jusqu’à la fin de la Restauration et au cours de la IIe République.

Le Second Empire: l’ère haussmannienne

Napoléon III a entrepris de nombreux travaux dont la visée globale était d’améliorer la société dans son ensemble. Ceci incluait surtout de faire de Paris une ville adaptée à la société moderne. Parmi les projets de Napoléon III, il y avait celui de relier les gares entre elles, celui de trouer les vieux quartiers, celui de créer des jardins au cœur de la ville et celui de créer une croisée de voies nord-sud et est-ouest.

Napoléon III a engagé Haussmann comme préfet en 1853. Officiellement, Haussmann n’a pas inventé de nouvelles idées d’urbanisme. Il n’a fait que reprendre celles déjà existantes, mais il les a toutefois organisées. Il est ainsi parvenu à élaborer un imposant programme de reconstruction urbaine. Haussmann a, entre autres, créé un réseau de grands boulevards, permettant d’aérer la ville et de faciliter les déplacements urbains. En pratique, ce programme a donné un schéma cohérent à la ville, schéma dont toutes les grandes villes françaises et étrangères vont s’inspirer. Haussmann a su profiter des nouvelles institutions financières pour emprunter les sommes nécessaires à la réalisation de ses projets.


Haussmann

Les réalisations de Haussmann

Tout d’abord Haussmann désirait éventrer le vieux Paris pour en diminuer la densité. Il visait ainsi à mieux répartir la population sur le territoire urbain. Il a également mis en place un réseau de circulation autour du centre, en incluant des grandes places en carrefour, tel que la place de l’Étoile ou la place de la Bastille.


La Place de l’Étoile (cliquer pour agrandir)

Haussmann est également responsable de la mise en place des réseaux d’égouts (560 kilomètres d’égouts furent placés) et d’aqueducs, de grands parcs et de jardins. Il est également celui qui a créé de nouvelles normes pour assurer l’unité de style des nouvelles constructions. Parmi les nouveaux monuments de l’ère haussmannienne, on compte de nombreuses églises, le Palais de Justice, l’Opéra, la Bibliothèque nationale, les préfectures et les mairies d’arrondissement.

 
L’une des salles de la Bibliothèque nationale

Par tous ses travaux, Haussmann a réellement mis sur pied un urbanisme de régulation, il a réussi à régler plusieurs problèmes : circulation, densité, pauvreté de certains quartiers, meilleures conditions sanitaires, élimination des zones désuètes, uniformisation du style de la ville, etc.

Les critiques faites à Haussmann

Malgré la popularité des travaux de Haussmann, plusieurs critiques ont été faites dont le fait qu'il ait divisé des quartiers ouvriers avec de grands boulevards. Selon plusieurs, cette action ne visait qu’à empêcher la construction de barricades et les révoltes ouvrières. De plus, on a également reproché à Haussmann d’emprunter beaucoup d’argent pour financer ses travaux.

La postérité d’Haussmann

Bien qu’il y ait eu des critiques, le travail de Haussmann a inspiré l’urbanisme de toutes les villes occidentales jusqu’au début du 20e siècle. D’ailleurs, Paris a pu démontrer son caractère moderne lors des expositions universelles, en 1844, 1855, 1867, 1878, 1889 et 1900. La tour Eiffel fut d’ailleurs l’un des symboles les plus importants de l’exposition de 1889.


La tour Eiffel (cliquer pour agrandir)

Évolution de la population de Paris

Année Population
1836 1 million d’habitants
1866 2 millions d’habitants
1886 3 millions d’habitants
1904 4 millions d’habitants

Taux d’urbanisation en Europe en 1910

Pays Taux d’urbanisation
France 44%
Allemagne 62%
Grande-Bretagne 90%

Les exercices

Les références

Histoire des travaux d’urbanisation de Paris


  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse