La préhistoire

La préhistoire est généralement définie comme la période où l’Homme n’a pas laissé de traces écrites. Elle commence donc avec l’apparition de l’Homme (il y a environ 5 millions d’années) et se termine aux débuts de l’écriture ou de la gravure (entre 5000 et 3500 ans av. J.-C. selon différentes sources). Tous les peuples n’ont pas commencé à écrire en même temps.

 

La préhistoire est divisée en trois périodes :

1. Le paléolithique
2. Le mésolithique
3. Le néolithique

 

Le paléolithique

Le paléolithique est la première période de la préhistoire, mais aussi la plus longue. Cette période débute avec l’apparition de l’Homme il y a environ 5 millions d’années et s’est achevée il y a maintenant 12 000 ans.

La période paléolithique est elle-même divisée en trois autres périodes qui sont séparées selon une évolution technologique :

Pour bien comprendre les divisions entre les périodes, voici un schéma de la préhistoire et de ses périodes :


Au paléolithique, l’Homme est nomade. Il vit de chasse et de cueillette et se déplace en clan ou en tribu. On le définit comme un « chasseur-cueilleur ».
 
À la période paléolithique, on appelait l’Homme « Homo sapiens », ce qui veut dire « homme intelligent », ou plutôt « être intelligent ». Notre espèce est apparue il y a environ 3 millions d’années, mais nous n'étions pas seuls. Durant le paléolithique, une espèce proche de l’Homo sapiens a vécu en même temps : l’homme de Neandertal. Cette espèce a disparu il y a 30 000 ans. Le seul ancêtre commun à tous les hommes et toutes les femmes modernes est l’Homo sapiens, peu importe la région où l’on habite ou la couleur de notre peau.

Le paléolithique inférieur

Au paléolithique inférieur, l’Homme ne fait que capturer de petits animaux (oiseaux blessés, renards, rongeurs, etc.) Il coupe la chair de ses proies avec une pierre taillée que l’on appelle « un biface ».

 

Le paléolithique moyen

Au paléolithique moyen, l'Homme développe des armes de chasse en pierre que l’on nomme « pierre à éclats ». 

Le paléolithique supérieur

Au paléolithique supérieur, l’Homme peut chasser de très gros animaux (le mammouth, l’antilope, le renne, etc.) en fabriquant des lances avec une extrémité en pierre très coupante que l’on appelle « pierre à lame ».


Exemples d’outils de silex datant du paléolithique supérieur retrouvés dans des grottes situées à St-Thibaud-de-Couz en Savoie (France)

Le mésolithique

L’âge du « milieu »

Le mésolithique signifie « au milieu de l’âge de pierre » et correspond à la période de réchauffement climatique et de grands changements environnementaux comprise entre le paléolithique (âge de la pierre taillée) et le néolithique (âge de la pierre polie).

Ces périodes sont à leur tour comprises dans la préhistoire, c'est-à-dire la grande période commençant avec l’apparition de l’être humain et se terminant avec l’invention de l’écriture. Le mésolithique se situe aux environs de 12 000 à 10 000 av. J.-C.

Le climat

À la période mésolithique, les tribus commencent à explorer les continents asiatique et européen, quittant ainsi les rives de la Mésopotamie. Le climat se fait beaucoup plus chaud et, de façon générale, la faune se modifie : plusieurs animaux disparaissent (dont les mammouths), d’autres, comme les rennes, sont chassés par la chaleur vers des latitudes plus nordiques. La faune tempérée se développe en Europe et au Sud-Est asiatique (cerfs, chevaux, sangliers, etc.). On note de moins en moins la présence d’animaux migrateurs, ce qui favorise la chasse et, par conséquent, la démographie des clans. Comme au paléolithique, les clans du mésolithique se déplacent en fonction de l’abondance de nourriture et des saisons.


Chasseur au Mésolithique

Mode de vie et avancées techniques

Au mésolithique, la taille des groupes est plus réduite qu’au paléolithique. En effet, les communautés du mésolithique sont formées d’une vingtaine d’individus comparativement au paléolithique où le nombre d'individus par clan pouvait atteindre la centaine. C’est qu’il est plus facile de chasser le gibier et de se cacher en attendant sa proie lorsqu'on est peu. Ces petits groupes ont une grande capacité d’adaptation à leur environnement : ils conçoivent des abris (des tentes en feuillage ou en peau) dans les bois ou cherchent des abris rocheux.


Huttes en peau du Mésolithique

Les chasseurs du mésolithique affûtent leurs armes : elles deviennent plus précises, comme l’arc et les flèches dont la pointe est taillée en pierre. La pêche se développe aussi avec l’apparition d'un nouvel instrument, le burin, qui permettra de tailler des hameçons dans l'os. De plus, la fabrication de filets, de harpons en bois ou en pierre ainsi que de lanières de cuir permettra une meilleure pratique de la pêche.
 
C’est aussi au mésolithique que l’on observe les premiers rites et les premières pratiques funéraires (les corps sont incinérés, enterrés ou encore inhumés), ce qui laisse croire que ces groupes humains avaient une certaine conception du sacré, de l’existence et de la mort. C'est également durant cette période de la préhistoire que les premières figures géométriques peintes seront retrouvées dans les grottes ou sur des parois rocheuses. 

Le néolithique 

Le néolithique est aussi appelé « l’âge de la pierre polie », en référence aux premières pierres polies (luisantes et douces) travaillées par l’Homme. Cette période se situe aux environs de 10 000 à 3500 av. J.-C.

Cette période importante marque une rupture profonde dans l’organisation de la société humaine : certains individus vivant durant cette époque du néolithique continuent de vivre de la chasse et de la cueillette en tant que nomades, mais ce qui diffère des périodes précédentes, c’est que d’autres individus choisissent de produire leur nourriture. Ces groupes y parviennent en maîtrisant l’agriculture et l’élevage. Ces deux modes de vie ont coexisté durant tout le néolithique. Cette période est donc une période de transition entre une économie basée sur la chasse et la cueillette et une économie basée sur l’agriculture et l’élevage d’animaux domestiques.
 
Les hommes commencèrent à domestiquer des animaux tels que des moutons, des chèvres et des cochons et plantèrent des céréales comme du blé et de l’orge. Certains se sont spécialisés dans l’artisanat en fabriquant des poteries, en pratiquant le tissage pour faire des vêtements ou encore des cordes, d’autres ont développé l’art du polissage de certaines pierres comme ces haches polies datant du néolithique :


Haches en pierre polie (cliquer pour agrandir)
Source

Bien que les groupes humains n’aient pas commencé l’agriculture et l’élevage partout en même temps, on s’accorde pour dire que l’apparition du néolithique se situe au Proche-Orient, et ce, dans la vallée du Croissant fertile. Cette région était formée par les pays qui n’existaient pas au temps du néolithique : Israël, la Cisjordanie, le Liban, la Syrie, l’Irak et l’Égypte.
 
L’Homme a choisi un territoire et s’y est installé. C’est en grande partie grâce à l’agriculture, qui impose aux individus de rester plusieurs mois à un même endroit pour récolter les céréales, que des groupes humains ont choisi un habitat fixe. C’est alors que ces groupes ont choisi de construire des abris plus durables. Ces constructions durables définissaient en partie leur mode de vie sédentaire, c'est-à-dire avoir un habitat fixe et ne plus avoir à se déplacer pour trouver de la nourriture.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse