Guerre du Liban

Au début de la guerre israélo-arabe, le Liban n’y participait pas activement, mais il accueillait tout de même des Palestiniens chassés d’Israël. Ces réfugiés ont fait augmenter la main-d'œuvre disponible au Liban, collaborant ainsi au développement économique libanais. L’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) s’est installée par la suite en territoire libanais. En 1970, les Palestiniens formaient 15% de la population du Liban, modifiant fortement la population libanaise, jusqu’alors majoritairement chrétienne.

Guerre civile au Liban

En 1975, une guerre civile a éclaté entre le Mouvement national libanais (composé de musulmans nationalistes progressistes) et le Front libanais (regroupant les chrétiens hostiles à l’OLP).

Pendant ce conflit, les Palestiniens qui vivaient au Liban ont participé activement à la guerre contre le Front libanais. En 1976, la Syrie intervenait dans ce conflit. Cette guerre a provoqué des massacres, perpétrés tant par les groupes chrétiens que les armées palestiniennes.

Le Liban envahi par Israël

En 1978, l’État d’Israël envahissait le Liban du Sud, luttant contre le front armé des Nations Unies. En 1982, une nouvelle attaque d’Israël, surnommée l’opération Paix en Galilée, a permis aux armées israéliennes d’assiéger Beyrouth, capitale libanaise, et de chasser l’OLP.


Beyrouth en 1978
Source

En 1983, la Syrie est de nouveau intervenue en occupant 60 % du nord du territoire libanais. Un nouveau gouvernement libanais, soutenu par la Syrie, fut formé en 1984.

Retrait d’Israël et suite de la guerre civile

Les armées d’Israël se sont retirées en 1985, mais l’État israélien occupait encore toute une bande dans le sud du territoire libanais. La guerre civile se poursuivait, opposant plusieurs groupes musulmans. Les clivages entre les groupes sociaux s’accentuaient, tant au point de vue politique que religieux. Des groupes panarabes en faveur des alliances entre les pays musulmans se formaient tandis que les chrétiens craignaient de perdre leur place dans la masse musulmane des pays voisins.

L’afflux palestinien, constant depuis 1948, collaborait à la formation d’armées panarabes. Les tensions entre tous ces groupes ont fait naître un fort sentiment d’insécurité et provoqué plusieurs troubles. Les forces multinationales présentes en sol libanais étaient attaquées par des attentats suicide.

Guerre de Libération

Le 14 mars 1989, le président libanais déclarait la Guerre de Libération contre la Syrie. Aussitôt, la zone chrétienne fut bombardée. Les Accords de Taëf, proposés le 22 octobre 1990, stipulaient que le Liban dépendrait de la Syrie. Ce qui fut refusé par Michel Aoun, président. Les chrétiens, divisés en deux camps, ont perdu leur chef, Aoun, qui fut assassiné.

Le Hezbollah

Le Hezbollah, confédération de 13 mouvements islamistes, manifestait la volonté de créer un gouvernement islamiste au Liban pour mettre fin à la guerre civile, en imposant leur interprétation radicale du Coran. En 2000, le Hezbollah a fait de fortes pressions pour forcer les troupes israéliennes à quitter les zones occupées depuis 1978.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse