Bourse (définition et fonctionnement)

La Bourse est le lieu où les valeurs mobilières (actions et obligations) sont vendues et achetées par des investisseurs. Ces valeurs ont une cote qui définit le prix de vente et d'achat.

Les actions sont des titres de propriété qui représentent une partie du capital d'une société. Sa valeur est négociable et varie en fonction du marché. Les propriétaires des actions jouissent de certains avantages: dividendes, droit de vote aux assemblées générales, droit à l'information. Ces avantages sont proportionnels à la fraction du capital détenu.

Les obligations sont des titres négociables émis par des sociétés ou des collectivités publiques. Ces sociétés vendent des obligations aux investisseurs. L'investisseur qui possède une obligation sera remboursé quand celle-ci arrivera à échéance, avec des intérêts. La valeur de l'obligation est aussi garantie par les sociétés.

Force économique des marchés boursiers

Les marchés boursiers sont au cœur du développement économique et financier. Ces marchés attirent les capitaux et les investissements, et ce, d'un peu partout dans le monde.

Les rendements élevés attirent beaucoup d'investisseurs. Toutefois, ces investissements peuvent être risqués: la valeur des titres n'est pas garantie, il peut arriver que des investisseurs perdent leurs capitaux.


Bourse de Paris

Certains pays en voie de développement en Amérique du Sud ont d'ailleurs réussi à connaître un bel essor économique en participant aux marchés boursiers internationaux.

Le marché boursier

La valeur des titres, la cote, est unique, valable pour tous les investisseurs et connue de tous. Cette cote est établie en fonction des règles du marché : l'offre et la demande.

L'offre concerne les vendeurs des titres tandis que la demande représente les acheteurs.

Lorsque l'offre augmente, il y a plus d'acheteurs potentiels. Le prix des actions va diminuer pour attirer les acheteurs. Lorsque l'offre diminue, c'est l'effet contraire qui se produit et les prix vont augmenter. Bref, la rareté crée la valeur.

Si la demande augmente, plusieurs acheteurs désirent les mêmes titres, la valeur de ces titres va augmenter. Si la demande diminue, les acheteurs se font rares : les prix baissent.


Graphique représentant l’équilibre en l’offre et la demande et les répercussions sur les prix (cliquer pour agrandir)
 
Le marché boursier fluctue constamment. Les fortunes et les banqueroutes peuvent survenir aussi rapidement l'une que l'autre. Les investisseurs spéculent: ils achètent en tentant de deviner quels titres vont augmenter et ils vendent lorsque le titre a pris suffisamment de valeur. L'investissement à la Bourse est une activité économique surtout rentable à long terme.


Graphique montrant la fluctuation dans le temps des indices boursiers

Fonctionnement de la Bourse

Pour acheter ou vendre des titres, les investisseurs doivent donner un ordre de bourse. Ce dernier contient des informations importantes : l'action à effectuer (vendre ou acheter), la quantité concernée,  la date limite à laquelle l'ordre doit être effectué.
Généralement, les investisseurs doivent passer par des intermédiaires pour participer à la Bourse. Ces intermédiaires, banques, sociétés de gestion ou conseillers financiers, transfèrent ensuite ces informations à un membre de la Bourse (courtier, agent de change, société de Bourse).

 
Échange de titres à la Bourse de Chicago

Les indices boursiers

Chaque bourse a un indice boursier qui donne sa valeur, son rendement, par rapport aux autres bourses.

Cet indice est fixé à partir de la cote de certains titres représentatifs. Les indices boursiers donnent ainsi une bonne idée de la tendance générale et de l'évolution du marché. Les principaux indices internationaux sont le DAX 30 (Francfort - Allemagne), le Dow Jones (New York - États-Unis) créé en 1896, le FTSE 100 (Londres - Grande-Bretagne) créé en 1984 et le NIKKEI 225 (Tokyo – Japon, la référence du marché japonais) créé en 1949.

 
Wall Street, à New York (cliquer pour agrandir)

Récemment, le NASDAQ, indice américain, a pris une plus grande part de l'influence internationale. On y trouve les cotes des titres liées aux technologies. Traditionnellement, c'était plutôt Wall Street qui était le principal lieu des transactions boursières internationales.

 
Le NASDAQ

Au Canada, le TSX, représentant la Bourse de Toronto, est le principal indice boursier.

Historique

Le concept de bourse remonte probablement à l’Antiquité et au Moyen Âge. Toutefois, le fonctionnement moderne est issu d’une lente transformation des procédés commerciaux, de l’essor urbain du Moyen Âge jusqu’à la deuxième phase de l’industrialisation.

Aux origines de la Bourse

Le nom Bourse viendrait du nom d’une riche famille de marchands de Bruges, en Belgique. La famille Van der Bürse possédait un hôtel qui servait, dès le 14e siècle, aux échanges commerciaux. En France, c’est en 1141 que le roi Louis VII a instauré un lieu de change à Paris, près d’un pont. Depuis ce temps, ce pont porte encore le nom de Pont au change. Peu à peu des lieux boursiers étaient créés à Anvers et à Lyon. La première société possédant des titres pouvant être échangés fut créée en 1250.
 
Les bourses de l’époque étaient fort utiles pour échanger les monnaies puisqu’il n’y avait pas encore de monnaie unique. D’autres villes d’Europe ouvraient des lieux similaires : Amsterdam (1530), Berlin (1530), Vienne (1771). Les États-Unis ne furent pas en reste avec la création de la Bourse de New York à Wall Street en 1792.

Les premiers soubresauts boursiers

Les lois du marché ont toujours imposé des fluctuations dans les valeurs des titres. Plusieurs évènements ont marqué l’histoire des formations des bourses.

La catastrophe des tulipes

Le premier krach boursier est survenu en 1636 en Hollande. Au début du 17e siècle, une nouvelle fleur était importée de Turquie : la tulipe. Aussitôt, l’engouement fut très fort, tous voulaient garnir leur terrain de ces fleurs colorées. Les tulipes étaient alors un signe de réussite sociale et économique. Comme les tulipes étaient de plus en plus populaires, plusieurs investisseurs ont spéculé sur la valeur montante des bulbes de tulipes. Les prix grimpaient sans cesse.
 
De plus en plus de spéculateurs s’intéressaient à la tulipe, jusqu’au jour où ils ont réalisé que la cote associée à la tulipe était beaucoup trop élevée. D’autant plus que les tulipes n’étaient plus aussi rares qu’elles ne l’avaient été au début de la spéculation. La tulipe était moins rare donc, moins attrayante.  Rapidement, les prix ont chuté. Les riches spéculateurs étaient démunis. Le krach des tulipes a eu des répercussions sur toute l’économie de l’Europe.

La banqueroute de John Law

Quelques années plus tard, en 1716, John Law, un financier écossais, créait une banque générale à Paris. Cette banque était liée à sa Compagnie d’Occident. Aussitôt, une forte spéculation avait lieu autour de la banque de John Law.


John Law

En 1718, il en faisait une banque d’État, la Banque Royale. Il possédait le monopole de la distribution monétaire en France. Les investisseurs achetaient sans cesse des actions de la compagnie. La bulle a éclaté rapidement, lorsque les investisseurs se sont aperçus que les billets émis par la Banque Royale avaient moins de valeur que promis.

En 1720, l’éclatement de la bulle spéculative a provoqué la faillite de John Law et la ruine des épargnants qui lui avaient fait confiance. Après cette chute rapide, les investisseurs étaient méfiants et hésitaient à investir.
 
C’est pour éviter qu’une telle ruine ne survienne de nouveau et pour assurer un meilleur contrôle sur les activités économiques françaises que le roi a fondé la Bourse de Paris en 1724. Les agents de change y avaient le monopole de toutes les transactions. Une forte réglementation contrôlait également toutes les activités qui s’y déroulaient.

Le coup de bourse de Nathan Rothschild

Après la défaite de Napoléon en 1815, Nathan Rothschild a appris la nouvelle avant les autorités. Usant de ruse, il vendit automatiquement tous ses titres. Tous les autres investisseurs, voyant dans ce geste l’annonce de la victoire de Napoléon, ont aussitôt imité Rothschild.


Nathan Rothschild
Source
 
Toutes les cotes ont chuté tout aussi rapidement. Attendant jusqu’à la dernière minute, Rothschild a racheté toutes les actions. Cette action a assuré la fortune familiale puisque les Rothschild contrôlaient toute l’industrie de l’époque. Aujourd’hui, les règles plus strictes de la Bourse interdisent ce genre de stratégie.

Vers la Bourse actuelle

En 1830, la première compagnie ferroviaire entrait en Bourse. Cette entrée a permis aux chemins de fer de se financer et de connaître l’expansion fulgurante du 19e siècle. Cette expansion était fortement liée à la ruée vers l’or américaine. La Bourse de New York a su profiter de cette occasion pour occuper une place de plus en plus importante dans les finances mondiales.
 
En 1873, un krach boursier secouait encore les investisseurs. Le krach de Vienne a provoqué l’effondrement de la Bourse. Les répercussions furent assez fortes pour toucher tous les autres pays. La crise économique qui a suivi a duré jusqu’en 1896. La relance économique a été possible grâce à l’essor des industries liées au pétrole, à la chimie et à l’électricité. La deuxième révolution industrielle a mis fin à la crise.
 
En 1896, deux chroniqueurs financiers, Charles Dow et Edward Jones, ont publié un premier indice boursier. Leur indice était établi à partir de 12 titres représentatifs de la bourse de New York. Le Dow Jones était créé. D’autres indices boursiers ont été créés par la suite, un peu partout dans les bourses du monde.


Charles Dow


Edward Jones

En 1929, l’économie mondiale fut bouleversée par le krach boursier de Wall Street, provoquant une grande crise économique : la Grande Dépression.

En 1971, un nouvel indice boursier était créé à New York. Le NASDAQ était particulier puisqu’il était le premier marché boursier informatisé. En 1987, le lundi noir, plus important krach boursier depuis 1929.
 
L’informatique a marqué la fin du 20e siècle. Cette influence a été aussi forte en bourse, avec l’entrée de Netscape, Yahoo et Google. La forte spéculation a fait éclater la bulle de l’internet en 2000. Depuis, les investisseurs se montrent plus prudents.

En 2000, les bourses de Paris, Amsterdam et Bruxelles fusionnaient, créant l’indice Euronext.
 
En 2007 et 2008, une suite d’événements (papier commercial, crise du marché hypothécaire aux États-Unis, crise bancaire subséquente, etc.) précipitent les bourses du monde entier dans une crise sans précédent.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse