La première phase industrielle au Canada (1850-1900)

L'industrialisation : principes et commencements

L'industrialisation est marquée par de nombreux changements économiques et sociaux. L'évolution des techniques de production, grâce à de nouvelles inventions, a fait évoluer la société canadienne vers de nouveaux centres économiques basés sur le travail, les salaires et les revenus, ainsi qu'une plus grande part de produits usinés. Les objets manufacturés remplacent les objets réalisés par des artisans. L'industrialisation marque ainsi les débuts du capitalisme.

Pour construire des usines, équipées avec la machinerie récente, les entrepreneurs ont besoin de capitaux, des fonds monétaires qu'ils investissent pour la construction de l'usine et le salaire des employés. Ensuite, les produits manufacturés sont vendus et l'investisseur peut faire des profits.

Dans une économie capitaliste, les entrepreneurs veulent obtenir des revenus de vente supérieurs aux capitaux investis. Les inventions mises au point au 19e siècle permettent aux employeurs de diminuer les coûts de production tout en augmentant la quantité de produits fabriqués, ce qui augmente leurs profits.

Avant l'ère industrielle, la société canadienne avait une économie basée sur l'agriculture et l'exportation des matières premières. Le Canada exportait la plupart de ses marchandises vers la Grande-Bretagne, surtout lorsque la métropole appliquait une politique protectionniste.

La majorité des importations provenait de l'Angleterre. La société était alors principalement rurale. Les objets fabriqués au Canada étaient conçus par des artisans qui créaient en fonction des besoins de leurs clients. Les objets fabriqués servaient essentiellement à la population locale.

Au début du 19e siècle, l'exportation des matières premières représente encore 50% de l'économie du Canada. Cette proportion va changer au cours du siècle, au fur et à mesure que les industries s'implantent sur le territoire. Au cours de l'industrialisation, les secteurs primaires et secondaires se sont développés. Les objets étaient fabriqués en usine. La population se regroupait alors dans les centres urbains et s'attendait à recevoir un salaire.

Inventions de la première phase industrielle : les débuts en Angleterre

Le développement industriel a commencé en Angleterre et aux États-Unis. Ces deux pays sont donc à l'avant-garde des innovations techniques du développement industriel. En Angleterre, les premières manufactures ont ouvert au 17e siècle. Plusieurs artisans étaient réunis dans un même bâtiment et fabriquaient les objets demandés par les patrons. Les tâches y étaient parfois divisées pour que le travail s'effectue plus rapidement.

Au milieu du 18e siècle, l'invention de la machine à vapeur allait révolutionner les modes de production. La machine à vapeur a donné lieu à plusieurs machines qui ont permis de mécaniser la production en manufacture.

La production en usine avec ces machines exigeait moins de force physique chez les employés. De plus, les ouvriers n'avaient pas besoin d'être aussi bien formés que les artisans. Les entrepreneurs pouvaient donc faire appel à une main-d'oeuvre non qualifiée et moins chère. Plusieurs ont même fait appel aux services des femmes et des enfants, dont le travail coûtait beaucoup moins cher que celui des hommes.

La production est plus rapide, les salaires sont moins élevés, les coûts de production sont beaucoup moins chers, les propriétaires d'usine font beaucoup plus de profits.


La machine à vapeur de James Watt
Source

D'autres machines ont permis aux entrepreneurs de réduire le temps et les coûts de production: machine à filer (1764), machine à tisser (1820), machine à coudre (1846), moteur électrique (1837).

Les premières machines à vapeur fonctionnaient au bois, mais ce dernier n'était pas suffisant pour alimenter toutes les machines. Le charbon a rapidement remplacé le bois, mettant fin au problème d'approvisionnement puisque le charbon est abondant et facile à extraire. L'industrialisation s'accompagne alors de l'ouverture de nombreuses mines de charbon.

Au même moment, l'industrie métallurgique se développe considérablement avec le fer et les nouveaux alliages comme la fonte et l'acier.

Le moteur fonctionnant à la vapeur a permis de développer des moyens de transport plus rapides : les bateaux à vapeur ont commencé à sillonner les mers et les cours d'eau, les premiers trains commençaient à transporter des marchandises et des passagers.

L'agriculture a aussi profité des innovations techniques. À la même époque, l'agriculture se mécanisait et les producteurs pouvaient travailler une plus grande surface, plus rapidement.

L'industrialisation ne fait pas que changer le modèle et les activités économiques. De profonds changements sociaux surviennent aussi : nouvelles classes sociales, iniquité des relations de travail, monopoles, urbanisation.Les villes en plein essor devaient gérer de nouveaux défis: pollution, transport urbain, aménagement urbain, manque d'hygiène dans les quartiers ouvriers, etc.

L'industrialisation ne se fait pas au même rythme dans tous les pays, mais les conséquences économiques et sociales se ressemblent dans tous les pays qui connaissent l'industrialisation au 19e siècle.

Développement des industries au Canada

L'Angleterre et les États-Unis ont été les premiers pays à connaître une industrialisation. Plusieurs pays ont suivi dont l'Allemagne et la France. Le Canada n'est pas en reste et son industrialisation s'est amorcée peu de temps après l'Acte d'Union.

La constitution de 1840 a permis au Canada-Uni de consolider le marché intérieur. Pour répondre à la demande, de nouvelles manufactures ont ouvert, diminuant ainsi la dépendance économique du Canada face à la Grande-Bretagne. De plus, en 1846, la Grande-Bretagne abandonne sa politique protectionniste pour adopter une politique de libre-échange. Dès lors, le Canada doit ouvrir son économie aux États-Unis.

Pour que l'industrialisation s'amorce, il faut que les entrepreneurs aient un capital à investir dans l'achat de matériel, mais il faut aussi que ces entrepreneurs connaissent les nouvelles technologies.

Les entrepreneurs canadiens avaient des capitaux suffisants pour investir. Depuis les débuts du 19e siècle, des marchands s'étaient enrichis grâce au commerce du bois. Ils avaient instauré les premières banques canadiennes et profitaient d'un réseau de contacts à l'étranger pour exporter et importer des marchandises. Ils entretenaient des liens commerciaux importants avec les marchands de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Ils sont donc au courant des développements industriels qui ont lieu dans ces deux pays.

Le début des industries au Canada a lieu a Montréal. La ville est géographiquement bien placée puisque le transport est facilité par le Saint-Laurent et le réseau de canaux qui relie Montréal aux Grands Lacs et aux États-Unis. Par ailleurs, la ville peut fournir une quantité suffisante d'ouvriers non qualifiés. Depuis quelques années déjà, Montréal est un centre financier important, les capitaux se trouvent dans la région.

Avant la phase d'industrialisation, les activités économiques de type industriel du Canada sont la construction navale, les forges, les fonderies, les scieries, les élévateurs, les meuneries, les tanneries, les distilleries et les brasseries. La première phase d'industrialisation au Canada a eu lieu entre 1846 et 1896.

La deuxième phase d'industrialisation a eu lieu entre 1896 et 1936.

Le réaménagement du canal Lachine et l'industrialisation

En 1848, le canal Lachine a été complètement réaménagé. Le couloir navigable est plus large et ses rives sont libérées. Les industries peuvent donc s'installer sur les bords du canal Lachine. Elles profitent d'un accès rapide aux voies de transport et un accès à l'eau dont les machines ont besoin. Les industries profitent en effet de l'énergie hydraulique pour faire fonctionner les machines.

En peu de temps, les rives du canal Lachine sont occupées par plusieurs usines. Les usines qui étaient déjà sur place en profitent pour grandir. Montréal est alors le coeur des investissements industriels. Ce réaménagement instaure la première vague d'industrialisation du Canada. Dès 1879, les industries font partie des activités économiques les plus importantes de Montréal.


Le canal Lachine et les industries qui le bordent en 1875
Source

Entre 1880 et 1896, le développement industriel occupe toutes les rives du canal Lachine, développant les secteurs ouest du canal, dont Saint-Pierre et LaSalle. La grande industrie textile s'y est installée, de même que plusieurs autres grandes entreprises, dont des usines de chimie, de pétrochimie, de matériel roulant, des meuneries, des clouteries, le chantier naval d'Augustin Cantin, la raffinerie de la Canada Sugar Company et des usines à outils.


L'entreprise Cambell & Jones, située aux abords du canal, fabriquait des scies (1858)
Source

Le canal Lachine a été ainsi le point de départ de l'industrialisation au Canada. Plusieurs quartiers ouvriers se sont développés près des industries.


L'entrée du canal Lachine vers 1890
Source

L'arrivée du chemin de fer et l'industrialisation

Les années 1840 ont été marquées par les canaux. Ils étaient au coeur du développement industriel et du commerce de marchandises. Au cours des années qui ont suivi, le développement des réseaux ferroviaires a modifié les moyens de transport et plusieurs facettes de l'industrialisation.


Le premier train à rouler au Canada
Source

Les locomotives à vapeur tiraient les marchandises sur les rails de fer. Non seulement ce nouveau moyen de transport était-il plus rapide, mais en plus il était plus efficace et permettait de voyager aisément tout au long de l'année. Contrairement aux bateaux qui étaient désavantagés en hiver. De plus, les rails pouvaient être posés partout et ne limitaient plus le transport près des cours d'eau. Le chemin de fer s'est donc rapidement imposé par son efficacité et sa souplesse. Au même moment, les techniques de construction de tunnels et de ponts étaient améliorées. Le train pouvait passer par-dessus les obstacles. Ce fut le cas avec le pont Victoria, terminé en 1859, qui créait un lien ferroviaire important entre Montréal et la Rive-Sud.

Dès 1846, un chemin de fer relie Montréal à Portland. Les entreprises de Montréal ont ainsi accès à un port maritime ouvert durant toute l'année.

L'arrivée du chemin de fer crée de nouveaux besoins industriels. Les compagnies ferroviaires ont besoin de matériel roulant (wagons et locomotives), de rails et d'outils. Pour répondre à la demande, l'industrie lourde de Montréal s'est considérablement développée. Les secteurs du fer et de l'acier ont alors connu une production plus importante.


La Toronto, première locomotive à vapeur construite au Canada
Source

Les tracés des chemins de fer empruntaient des routes non développées avant cela. Le développement du chemin de fer a ouvert la voie à de nouveaux territoires à coloniser. Le long des emprises ferroviaires, plusieurs villages sont créés. Les trains ont facilité le développement de l'industrie forestière, en donnant accès à de nouveaux territoires et en facilitant le transport des produits. Les scieries à vapeur ont permis de fournir de grandes quantités de bois aux marchés américains qui étaient en plein essor.

Pour construire les chemins de fer, les entrepreneurs et les gouvernements ont besoin de capitaux. Comprenant le rôle important du chemin de fer dans le développement industriel et ayant besoin de fonds pour financer la construction du chemin de fer, le gouvernement canadien offre des terres aux investisseurs.

En 1850, le Canada compte 100 kilomètres de chemin de fer. Entre 1850 et 1860, le réseau du Grand Tronc (Grand Trunk Railway) est construit. Reliant Windsor et Montréal, le Grand Tronc achète un peu plus tard le tronçon qui reliait Montréal à Portland.


Le réseau du Grand Tronc, en 1885 (cliquer pour agrandir)

Le chemin de fer du Grand Tronc est au coeur du développement industriel du Canada puisqu'il relie rapidement les centres industriels américains avec son réseau (Chicago, Vermont, Delaware).


Une locomotive du Grand Tronc
Source

En 1885, le premier chemin de fer transcontinental canadien est inauguré, le Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) relie l'océan Pacifique au reste du Canada. Au moment de son inauguration, le CFCP relie Vancouver à Montréal. La construction de ce chemin de fer était une des promesses de la Confédération. Quelques années plus tard, le réseau relie également Québec et Saint John.


Construction du CFCP

Durant l'industrialisation du Canada, Montréal était la plaque tournante des chemins de fer. Durant les années qui ont suivi, plusieurs embranchements ferroviaires viennent s'ajouter au réseau. En 1867, le réseau de chemin de fer du Canada compte 3 644 kilomètres alors qu'il en compte 28 251 en 1900.

Portrait des industries canadiennes durant la première phase d'industrialisation

L'industrie légère est la plus importante dans l'économie du Canada-Est. Les entreprises qui fabriquent des biens de consommation représentent la majorité des usines. Les marchandises sont destinées à la fois au marché local et au marché canadien. Cette industrie requiert une main-d'oeuvre abondante et peu qualifiée.

Plusieurs secteurs de l'industrie légère se développent au cours de la première phase d'industrialisation. Le secteur industriel le plus développé est celui de l'alimentation. De grandes et de petites entreprises gèrent des meuneries, des raffineries de sucre, des brasseries, des boulangeries, des beurreries et des fromageries.

L'industrie de la chaussure vient en second plan dans le portrait industriel canadien. Grâce à la mécanisation de la production, les usines de chaussures engagent des milliers d'ouvriers. Les grandes entreprises sont surtout situées à Montréal et à Québec.

Le secteur textile est en plein essor. Les grandes filatures de coton sont de plus en plus nombreuses et la plupart des employées sont des femmes. Plusieurs entreprises confectionnent aussi des vêtements. Les petites entreprises font souvent travailler leurs employés de la maison, tandis que les grandes entreprises réunissent plusieurs centaines d'employés dans leurs usines.

Des entreprises de production de cigares et de cigarettes s'implantent aussi à Montréal. Ces compagnies engagent principalement des femmes et des enfants.

Même si l'industrie légère est la plus importante, l'industrie lourde s'est également implantée au Canada. Les entreprises qui transforment les matières premières font partie de l'industrie lourde. Les compagnies qui traitent le fer et l'acier fabriquent des produits qui sont alors en demande : chaudières (pour les machines à vapeur), rails de chemin de fer, clous, outils, matériel roulant (locomotives, wagons).

Les compagnies ferroviaires ont besoin d'usines pour fabriquer l'équipement de transport et l'entretenir. Les ateliers du Grand Tronc et du Canadien Pacifique sont tous les deux situés à Montréal. Dans ces ateliers, on demande une main-d'oeuvre qualifiée.

L'industrie lourde inclut aussi les compagnies qui transforment les ressources forestières pour en faire des planches, des boîtes, des tonneaux, des portes, des cadrages, etc. Les usines liées aux activités forestières se situent un peu partout sur le territoire du Canada-Est. Leur production est souvent exportée aux États-Unis.


Ateliers du Grand Tronc, 1859
Source

Tous types d'industries confondus, le Canada-Uni est la région la plus industrialisée des colonies britanniques de l'Amérique du Nord. Les principales usines des Maritimes sont liées à la construction navale, tandis que l'ouest du continent est peu développé.


Montréal en 1898, vu de la Montreal Street Railway
Source

Les exercices

Les références

Mise à jour : 01 octobre 2012
Matière(s) : histoire
Niveau(x) : secondaire 3, secondaire 4
  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse