Sociétés des Prairies et de la Côte Ouest vers 1900

La composition et la répartition de la société des Prairies et de la côte Ouest vers 1900

Vers 1900, la population totale des quatre provinces est d’environ 600 000 personnes.

À la fin du 19e siècle, la construction d’un chemin de fer est le moyen de permettre au plus grand nombre possible de personnes de ce rendre dans les provinces de l’ouest. Il est complété le 8 novembre 1885. Le passage du train aide le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique à se peupler et à se développer.
 
Les villes des provinces se trouvent surtout dans le sud, c’est-à-dire près de la frontière avec les États-Unis. Les terres y sont fertiles et le chemin de fer qui traverse le Canada passe à cet endroit. Les villages du centre et de l'ouest sont souvent très petits. Ils ne regroupent que quelques bâtiments et peu de services (magasin général, bureau de poste, écoles, églises parfois hôtel).

Les prairies

Cette région est habitée par différents peuples amérindiens depuis plusieurs siècles. Les Français parcourent le territoire dès le 18e siècle pour le commerce de la fourrure. Certains coureurs des bois français se marient avec des Amérindiennes. Leurs enfants et leurs descendants sont appelés des Métis puisqu’ils ont deux cultures d’origine. Plusieurs familles métisses s’installent dans les Prairies, particulièrement au Manitoba.
 
À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, un grand nombre d’immigrants décident d’habiter dans les Prairies.  Leur arrivée favorise la création des provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan en 1905

La population canadienne vers 1900 s’évalue autour de 5 400 000 habitants. À la même période, la province la plus populeuse des Prairies est le Manitoba avec 255 000 habitants. Le nombre de résidents est inférieur à 100 000 habitants en Alberta et en Saskatchewan. 
 
Les nombreuses personnes qui s’installent dans les Prairies font rapidement augmenter la population. Certains proviennent des autres provinces canadiennes, des États-Unis ou de la Grande-Bretagne. Un peu moins de la moitié de la population est d’origine britannique. L’autre moitié de la population vient de partout tels les Ukrainiens, les Russes, les Allemands et les Scandinaves (la Scandinavie regroupe les pays du nord de l’Europe comme la Norvège, la Suède, la Finlande et le Danemark).
 
Souvent, les immigrants ayant les mêmes origines se regroupent dans un quartier ou un village. Ils continuent ainsi à parler leur langue maternelle, à pratiquer leur religion et à rencontrer des gens qui ont des points en communs avec eux.

Dans les prairies la population canadienne-française se trouve surtout au Manitoba.

Avec l’augmentation de la population, les Amérindiens perdent leur place et leur mode de vie en est affecté. Après avoir combattu pour défendre leurs droits, ils se déplacent vers le nord des provinces des Prairies.

Trois villes importantes des Prairies

Calgary est une ville située en Alberta. Elle se développe, entre autres, grâce au chemin de fer. Les trains de marchandises provenant du nord passent par Calgary pour aller vers les provinces de l’est comme l’Ontario et le Québec. L’élevage de bétails est une autre activité économique importante pour la ville de Calgary. Certaines familles d’éleveurs deviennent riches grâce à leurs troupeaux de bétails. Comme elle se trouve à l’ouest de la province, le territoire est plus montagneux et le sol est moins propice à l’agriculture. Calgary est entre autres reconnu pour son Stamped, un endroit où se déroulent des rodéos.
 
Winnipeg est située près de deux rivières importantes du Manitoba : la rivière Rouge et la rivière Assiniboine. La ville a d’abord été un poste de traite dès 1738 parce que ces cours d’eau permettaient aux Amérindiens et aux coureurs des bois de se déplacer sur un vaste territoire. Le commerce se fait depuis très longtemps à Winnipeg. Plus tard, le train passe par cette ville et la relie avec certaines villes canadiennes et américaines. Winnipeg est la ville industrielle des Prairies vers 1900. C’est l’endroit où sont situées les usines pour la fabrication de produits utiles aux agriculteurs comme des machines agricoles. Il y a donc encore beaucoup de commerce à Winnipeg.
 
Saint-Boniface est une ville du Manitoba où vivait une importante communauté métisse.  Avant le développement des Prairies, la majorité de la population de Saint-Boniface parle français et pratique la religion catholique.  Ils ont un mode de vie qui s’inspire et du mode de vie européen (agriculture) et du mode de vie amérindien (chasse).  L’arrivée de personnes ayant différentes origines change leur mode de vie des habitants de Saint-Boniface.

La côte Ouest 

Plusieurs communautés amérindiennes habitent la côte Ouest depuis des siècles. Parmi ceux-ci, soulignons les Haïdas. On les connaît surtout parce qu’une partie de leur culture et de leur art est encore très présente aujourd’hui en Colombie-Britannique. Par exemple, la communauté haïda érigeait des totems devant chaque maison.

 
Totems fabriqués par des Haïda
Source
 
À la fin des années 1700, certains Britanniques vont sur la côte Ouest pour y faire le commerce de la fourrure. D’autres personnes décident de s’installer en Colombie-Britannique au milieu du 19e siècle. Ils sont attirés par la découverte d’or dans la région. Ce phénomène est nommé la ruée vers l’or.  Rapidement, on ne trouve plus d’or, mais certains d’entre eux décident de rester.
 
Des immigrants d’origine chinoise vont aussi peupler la région. Ils s’établissent en Colombie-Britannique après avoir travaillé à la construction du chemin de fer qui traverse le Canada. Compte tenu de sa proximité avec l’Asie, environ 10% de la population de la province provient de ce continent vers 1900. Ils viennent travailler dans les mines, dans les scieries ou dans d’autres commerces. Au total, on compte un peu moins de 200 000 personnes en Colombie-Britannique à cette époque. La majorité de la population de la Colombie-Britannique est d’origine britannique et pratique la religion protestante.
 
La population se concentre surtout dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Cet endroit est situé entre l’océan Pacifique et les hautes montagnes de la Cordillère de l’Ouest. La ville de Vancouver s’y trouve. Vancouver devient une ville importante puisque deux moyens de transport s’y rendent : les bateaux et les trains. Comme ces deux moyens de transport s’y rencontrent, la marchandise s’arrête souvent à Vancouver avant d’être envoyée ailleurs.

Les caractéristiques du territoire occupé par la société des Prairies et de la côte Ouest vers 1900

Région physiographique Cordillère de l’Ouest Les plaines intérieures


Relief
Montagnes et plateaux
Les chaînes de montagnes sont appelées :
- Les Rocheuses
- La chaîne côtière
- Les monts Colombia
Plainesappelées :
- Basse prairie à l’est
- Moyenne prairie au centre
- Haute prairie à l’ouest

Provinces

Colombie-Britannique
Alberta
Saskatchewan
Manitoba


Frontières
Océan Pacifique à l’ouest
Alberta à l’est
Yukon et Territoire du Nord-Ouest au Nord
Alaska (États-Unis) au Nord
États-Unis au sud
Colombie-Britannique à l’ouest
Ontario à l’est
Territoire du Nord-Ouest au nord
États-Unis au sud
 

Quelques cours d’eau importants


Fleuve Fraser
Fleuve Colombia
Rivière Rouge
Rivière Assiniboine
Lac Winnipeg





Climat
Deux types de climats
 
Près de l’océan Pacifique :
Hiver doux, été frais
Précipitations abondantes
 
Dans les montagnes :
La température varie.  Plus on monte vers le sommet, plus la température est froide.
Moins de précipitations



Hiver long et très froid
Été court et très chaud
Peu de précipitations (sec)
 



Flore
Près de l’océan Pacifique :
Des conifères géants
 
Dans les montagnes :
Plus on monte en altitude, plus la végétation diminue
Il y a de petits conifères et la toundra vers le sommet

Centre
Conifères et feuillus
 
Sud
Herbes


Ressources naturelles
Bois
Pêche
Mines (or, charbon, plomb, cuivre, argent)
Culture dans quelques vallées fertiles

Sols très fertiles (pour l’agriculture des céréales entre autres)
Pétrole et gaz naturel
Mines (potasse, uranium, cuivre, charbon

Géographie

La Cordillère de l’ouest traverse l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. Elle longe l’océan Pacifique.  Les montagnes les plus hautes du Canada se trouvent dans cette chaîne de montagnes. 
 
Un vent chaud et très humide souffle sur la Colombie-Britannique. Il provient de l’océan Pacifique. Ce vent ne se rend pas dans les Prairies puisque les chaînes de montagnes l’arrêtent. L’humidité (la pluie) contenue dans ce vent tombe avant de passer les montagnes. Une fois rendu dans les Plaines intérieures, le vent s’est vidé de son eau. Ceci explique le temps sec dans les Plaines intérieures. Le vent sec s’appelle le chinook.
 
Caractéristiques de la région des Plaines intérieures qui favorisent l’agriculture :

  • Les sols sont recouverts d’argile qui conserve l’eau dans le sol;
  • La région est très ensoleillée;
  • Le relief est très plat.

Le climat sec est propice à la culture de céréales. Au pied de la cordillère de l’Ouest, en Alberta, le sol est moins fertile. Les habitants pratiquent donc l’élevage de bétails et de chevaux.

Provinces

La Colombie-Britannique était une colonie britannique avant d’être une province du Canada. Elle se joint aux autres provinces canadiennes en 1871. L’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba n’ont jamais été des colonies.  Elles ont été fondées sur le territoire du Canada. Dès leur création, elles sont devenues de nouvelles provinces du Canada.
 
Date de création des provinces :

  • Manitoba : 1870
  • Alberta : 1905
  • Saskatchewan : 1905

Les activités économiques de la société des Prairies et de la côte Ouest vers 1900

Les prairies

La culture du blé est très importante dans les Prairies. Cette région est surnommée le grenier à blé du Canada parce qu’elle fournit le Canada en blé et qu’elle en exporte aussi beaucoup à l’extérieur du pays.  Son climat et ses plaines en font un territoire propice à la culture des céréales. Un autre commerce important pour les Prairies est l’élevage de bœuf. Ce produit aussi est distribué à travers le pays.  L’élevage se pratique surtout en Alberta puisque le relief est moins favorable à la culture.

La côte Ouest

L’industrie forestière est la principale activité économique en Colombie-Britannique. On coupe le bois pour en faire des planches, des meubles, des bâtiments ou du papier. Les Anglais et les Européens achètent beaucoup de planches de bois provenant de la Colombie-Britannique. Le climat chaud et humide le long de l’océan favorise la croissance d’arbres géants comme le sapin Douglas.
 

Exemple de la taille d’un sapin Douglas et d’un humain
 
L’activité minière a aussi une place importante dans l’économie de la province.
 
La grande quantité de poissons dans les cours d’eau de la Colombie-Britannique permet aux pêcheurs de vivre en vendant les poissons qu’ils ont pêchés. Des entreprises achètent parfois les poissons pour le transformer (en les mettant en conserve, par exemple) ou pour le revendre.

Les exercices

Les références

Mise à jour : 04 juillet 2012
Matière(s) : histoire, géographie
Niveau(x) : primaire 1, primaire 2, primaire 3, primaire 4, primaire 5, primaire 6
  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse