Inuits

Territoire

Les Inuits habitent les régions nordiques du Canada, de l’Alaska et du Groenland. Leurs ancêtres seraient arrivés il y a 4000 ans près du détroit de Béring avant de peupler il y a 3000 ans les terres qu'ils habitent actuellement. D’autres groupes ont peuplé les zones arctiques vers 1000.


Régions canadiennes habitées par les Inuits, en rose

Toutes les communautés inuites habitent près du cercle polaire (au nord du 60e parallèle). Le mot «inuit» signifie «les gens». Les Inuits préfèrent ce nom avec lequel ils se désignent plutôt que le mot esquimau qui était utilisé par les autres communautés autochtones ou encore par les Européens.

Après plusieurs revendications auprès du gouvernement canadien, les Inuits possèdent maintenant un territoire, le Nunavut, où la majorité (85%) de la population est inuite et où plus de la moitié des Inuits canadiens habite. Créé en 1999, ce territoire, dont le nom signifie «notre pays», permet à la communauté inuite d’avoir son propre gouvernement. Les Inuits ont également des droits de propriété, de chasse et de pêche.


Carte du Nunavut et de ses communautés (cliquer pour agrandir)
Source

Il ne faut pas confondre Nunavut et Nunavik. Le premier désigne le territoire (ayant son propre gouvernement) tandis que le second désigne plutôt la région du Nord-du-Québec.
Aujourd'hui plusieurs communautés inuites vivent au nord du Québec. Cinq d’entre elles sont plus importantes : Iqualuit, Arviat, Rankin Intel, Bager Lake (au Nunavut) et Kuujjuaq (au Nunavik).


Le Nunavik et ses communautés (cliquer pour agrandir)
Source

Environnement

Comme les communautés inuites sont établies dans les régions nordiques, les habitants ont dû s’adapter à la réalité nordique : climat, faune, flore. Les Inuits sont avant tout adaptés au froid, tant dans leur mode de vie que leur corps qui s'est adapté au climat. Ils vivent dans une région où les hivers sont longs, froids et enneigés. Les vêtements et les abris ont rapidement dû être adaptés pour protéger les gens correctement.

Malgré le climat rigoureux, le territoire fournit amplement de nourriture. En effet, que ce soit les animaux marins (poissons, baleines, morses, phoques, narvals) ou les animaux terrestres (ours blancs, bœufs musqués, caribous), les Inuits ont toujours été en mesure de chasser la nourriture nécessaire quelque soit la saison. Au cours du bref été, le territoire se couvre de lichen et de petites fleurs. Plusieurs oiseaux marins y séjournent également lors de la belle saison. Le territoire est parsemé de rivières et de cours d’eau, ce qui facilite les déplacements.

Culture

Les différentes tribus inuites parlent toutes la même langue, l’inuktitut. Lors du recensement de 2001, il y avait 45 070 Inuits au Canada dont la majorité habite au Nunavut ou au Québec. Le mode de vie des tribus inuites est fortement influencé par le climat et les animaux qui évoluent sur leur territoire. Comme ce territoire ne se prête pas à l’agriculture, les Inuits sont des chasseurs et des pêcheurs. Pour mieux subvenir à leurs besoins, ils migrent en fonction des animaux et des saisons. Ce sont donc des nomades.

L’hiver est la saison pendant laquelle les tribus se déplacent le moins. Les Inuits se regroupent en bandes, d’une centaine de personnes chacune. Le campement d’hiver se situe près des animaux terrestres et maritimes. Pour se protéger contre le froid, les Inuits construisent des igloos. Ainsi, ils utilisent la matière la plus accessible (la neige) pour se construire un abri qui isolera bien contre le froid et le vent. Lorsque la bande s’installe pour l’hiver, il peut également se construire une maison avec des pierres, du bois et des os si ces ressources sont accessibles.


Construction d'un campement
Source

Pour se déplacer efficacement sur l’eau et pour chasser les animaux marins, les Inuits utilisent des kayaks. Ces derniers sont stables sur l’eau, ils permettent donc de transporter de lourdes charges sans risquer de tomber à l’eau. De plus, comme les kayaks sont fermés (les jambes et le bas du corps sont à l’abri de l’eau et du vent), ils tiennent les gens à bord au chaud. Pour se déplacer sur la terre, les Inuits utilisent les traîneaux à chiens.


Un Inuit en kayak
Source

L’été, les Inuits adoptent un mode de vie plus nomade, se déplaçant au gré du gibier, en petits groupes d’une douzaine de personnes. L’arrivée des Européens en Amérique a modifié considérablement le mode de vie et les habitudes des Inuits. Les innovations technologiques ont également modifié le comportement des tribus. Par exemple, la motoneige a peu à peu remplacé le traîneau à chiens et les armes à feu ont remplacé les armes traditionnelles comme l’arc et les flèches. De plus, les barques et les bateaux motorisés ont remplacé les kayaks.

Depuis quelques décennies, les Inuits ont quitté leur mode de vie nomade pour adopter une vie plus sédentaire. Avec cette sédentarisation, de nouvelles structures ont été mises en place : hôpitaux, écoles, logements, coopératives, aéroports, etc. Les enfants inuits doivent donc, comme tous les enfants du pays, fréquenter l’école. Toutefois, l’école inuite a un programme particulier : en plus des matières habituelles, les Inuits doivent également apprendre des éléments traditionnels (cours d’inuktitut, mythes, légendes, arts). Ces mesures scolaires ont fait en sorte que l’inuktitut est une langue dans laquelle les Inuits conversent et utilisent couramment. D’ailleurs, l’inuktitut s’est adapté aux réalités modernes et la langue contient des mots modernes.

Activités économiques

Avant l’arrivée des explorateurs et des colons, les Inuits n’avaient pas d’activités économiques. Les différentes communautés vivaient de la chasse et de la pêche, tout en pratiquant le troc entre elles pour échanger certains produits. Lorsque les premiers explorateurs sont entrés en contact avec eux, ils ont commencé à troquer certains biens contre des produits de la chasse et de la pêche (peaux, os, viande) ou contre des produits artisanaux.

De plus, les explorateurs étrangers avaient besoin de guides ou de conseils pour survivre aux températures nordiques. Certains Inuits guidaient et conseillaient les nouveaux arrivants. Peu à peu, la plupart des Inuits ont adopté un mode de vie sédentaire, devant ainsi trouver de nouvelles activités économiques. Plusieurs se sont alors trouvé un emploi dans les organismes et les bureaux de services sociaux (écoles, hôpitaux, télécommunications).


Iqaluit aujourd'hui
Source

Aujourd’hui, plusieurs Inuits travaillent dans les compagnies minières, dans les compagnies pétrolières ou gazières. Les activités touristiques sont également en hausse. Les Inuits accueillent les visiteurs et les guident dans les diverses activités (chasse, pêche, plein air, expédition). Quelques Inuits nomades vivent encore de la chasse et de la pêche. Autrement, ces activités sont plutôt pratiquées pour assurer des revenus supplémentaires. Depuis les années 1960, l’artisanat inuit est commercialisé grâce à une coopérative. Depuis, les produits locaux (sculptures, gravures, art) sont expédiés ailleurs et jouissent d’une grande popularité.


Un exemple de sculpture inuite
Source

Organisation sociale

Comme pour les autres aspects de la vie des Inuits, l’organisation sociale est conçue pour augmenter les chances de survie du groupe dans le climat difficile. Le noyau le plus solide de la communauté inuite est la famille, qui regroupe les parents, les enfants, les parents proches et les parents par alliance. Au sein de la famille, la monogamie est d’usage et les mariages sont généralement laissés au choix des individus.

Les tâches sont divisées d’une manière stricte, chacun possédant ses propres outils et ses biens. Les hommes sont chargés de la construction des maisons, de la chasse et de la pêche alors que les femmes sont responsables de traiter les peaux d’animaux et de fabriquer les vêtements.

L’éducation des enfants se fait dans le respect des codes sociaux : pas de geste brusque ni d’impatience. Les enfants apprennent par imitation et par expérimentation. Les connaissances sont divulguées oralement. Toute la communauté agit avec générosité et douceur auprès des enfants. La punition infligée consiste à donner moins d’affection aux enfants. Dans le contexte rigoureux, tous les enfants ont besoin d’affection et de soutien pour leur survie physique.

Les communautés inuites n’ont pas de système judiciaire et légal. Toutefois, lorsqu’un individu fait du mal, c’est toute sa communauté qu’il met en danger. La famille est alors aussi responsable que l’individu. Un Inuit qui a mal agi peut être exclu du groupe, ce qui met sa vie en danger. Tous comprennent l’importance du noyau social pour augmenter les chances de survie. Les relations entre les familles sont entretenues avec des cadeaux offerts en guise de respect. Les communautés agissent en coopérant entre elles et c’est une obligation que d’aider son prochain.

La nourriture n’appartient à personne, c’est un bien qui appartient à toute la communauté. Les familles se réunissent en groupe de chasse, où l’homme actif le plus âgé de la famille agit à titre de porte-parole. Les décisions sont prises en commun. La taille du groupe de chasse varie en fonction des richesses de la région. Si la chasse est moins bonne, le groupe se divisera pour augmenter ses chances de survie.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse