La productivité primaire

La biomasse est la masse totale de toute la matière organique (végétale et animale) présente à un moment précis dans un écosystème.

La productivité primaire d'un écosystème est la quantité de nouvelle biomasse obtenue par l'action des producteurs de l'écosystème.

La productivité primaire représente donc la quantité d’énergie disponible pour les consommateurs de premier ordre. Plus grande est la productivité primaire d’un écosystème, plus il y aura d’énergie disponible. L’écosystème pourra alors soutenir un plus grand nombre d’êtres vivants.

Les facteurs qui influencent la productivité primaire

Plusieurs facteurs peuvent faire varier la productivité primaire d’un écosystème. Les facteurs qui favoriseront le développement des producteurs (végétaux, phytoplancton, etc.) permettront d’obtenir un écosystème beaucoup plus productif, car la productivité primaire dépend directement de ceux-ci.

La quantité de lumière est un facteur qui influence beaucoup la productivité primaire, car c’est l’énergie rayonnante du Soleil qui permet la photosynthèse. Dans l’océan ou dans un lac, la zone éclairée n’est pas très grande. La zone où la photosynthèse peut avoir lieu est donc une couche d’eau près de la surface qui est relativement mince que l’on nomme zone photique (ou zone euphotique). Cette zone correspond à la profondeur à laquelle la lumière atteint 1% de sa valeur en surface.

La quantité d’eau disponible influence la productivité primaire. L’eau est nécessaire à la photosynthèse. Ainsi, un écosystème désertique sera beaucoup moins productif qu’un écosystème forestier. L’eau y étant beaucoup moins présent, les végétaux ne s’y développent pas aussi facilement.

L’accès aux nutriments essentiels pour les producteurs est un autre facteur influençant la productivité primaire d’un écosystème. Le carbone, l’azote, le fer, le phosphore, le silicium, le potassium sont nécessaires pour la croissance et la photosynthèse des producteurs. Plus ces nutriments seront disponibles, plus la productivité primaire pourra augmenter.

Finalement la température est un facteur qui favorise la productivité primaire, car certaines conditions climatiques sont favorables à la croissance des producteurs. Les producteurs (végétaux) se développent plus facilement dans un écosystème forestier que dans un écosystème polaire.

 

Répartition du plancton

Les facteurs énumérés ci-dessus font en sorte que le plancton n’est pas réparti uniformément dans les océans. Sur la carte qui suit, les zones vertes de l’océan correspondent aux endroits où il y a une forte productivité planctonique et au contraire, les zones bleues correspondent aux endroits où il y a une faible productivité planctonique.



On retrouve notamment beaucoup de plancton à la proximité des pôles dû à l’abondance d’éléments nutritifs minéraux. Ces éléments nutritifs minéraux sont amenés par les lessivages continentaux et par la remontée d’eaux froides profondes. Les eaux froides profondes remontent aussi au niveau de l’équateur amenant là aussi beaucoup d’éléments nutritifs. On le voit surtout pour l'Océan Pacifique. La circulation océanique joue un rôle important dans la répartition du plancton dans l’océan mondial.

Les exercices

Les références

La productivité primaire au Canada

L’écosystème du golfe de Saint-Laurent

Les composantes d’un lac


  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse