Le système nerveux périphérique

Le système nerveux périphérique (SNP) comprend deux voies principales, la voie sensitive et la voie motrice. Par la négation, on pourrait affirmer que le SNP comprend toutes les fibres nerveuses non incluses dans la moelle épinière et l’encéphale.

Le système nerveux périphérique comprend tous les nerfs qui partent de la moelle épinière ou de l'encéphale et qui se rendent dans toutes les parties du corps, et vice-versa. On peut regrouper les nerfs en deux grands groupes : les nerfs crâniens et les nerfs rachidiens. Ces deux types de nerfs peuvent être des nerfs sensitifs, moteurs ou mixtes.

Les nerfs et leur fonction

Le type de nerf varie en fonction du type de neurone qui le constitue. Les nerfs sensitifs permettent le passage de l'influx des organes des sens vers la moelle épinière ou l'encéphale. On retrouve aussi des nerfs moteurs qui acheminent l'influx nerveux du SNC aux muscles ou aux glandes. Parfois, des nerfs sensitifs et moteurs peuvent être regroupés dans de plus gros nerfs que l'on appelle alors nerfs mixtes.

La voie sensitive et la voie motrice

La voie sensitive achemine les influx nerveux en provenance des organes récepteurs (tels les organes des sens), jusqu’au centre d’interprétation et d’intégration, soit le cerveau et/ou la moelle épinière. Cette information sera acheminée à partir des neurofibres des récepteurs sensoriels, comme le nerf optique. Il y a d’abord les fibres nerveuses en provenance du système musculo-squelettique que l’on nomme la voie sensitive afférente somatique et les fibres nerveuses provenant des viscères que l’on nomme la voie sensitive afférente viscérale. Ainsi, le SNC est toujours informé de ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur du corps et ce, grâce aux voies sensitives du SNP.
 
D’autre part, une fois que le SNC a traité l’information en provenance de la voie sensitive du SNP et qu’il a élaboré une réponse, un nouvel influx nerveux est propagé vers le site de réponse par la voie motrice. Les organes effecteurs, les muscles et les glandes par exemple, pourront déclencher une réponse, soit une contraction ou un relâchement pour les muscles et une sécrétion ou un arrêt de sécrétion pour les glandes. Ainsi, grâce à la participation du SNC, du SNP et des organes sensoriels, la réponse motrice sera adaptée au stimulus de l’environnement.

 

Les nerfs crâniens

Il y a 12 paires de nerfs crâniens qui directement liés à l'encéphale. Ces nerfs sont responsables, entre autres, de la vue, des mouvements oculaires, de l'audition, de l'odorat et du mouvement de plusieurs muscles faciaux.


Disposition des nerfs crâniens à leur émergence
Source

Les nerfs rachidiens

Il y a 31 paires de nerfs rachidiens, tous liés à la moelle épinière. Ils peuvent être regroupés selon leur position : nerfs de la région cervicale, nerfs de la région dorsale, nerfs de la région lombaire et nerfs de la région sacrée.


En bleu, la position de différents nerfs rachidiens
Source
 

Les exercices

Les références

Planche anatomique du système nerveux périphérique


  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse