L'anatomie du système reproducteur de la femme

Organes externes

Organes internes

Les seins ne font pas partie du système reproducteur de la femme, mais pour en savoir un peu plus, tu peux consulter Les seins et les glandes mammaires (notions avancées).

Les organes externes

La partie externe du système reproducteur de la femme est regroupée dans un ensemble que l'on nomme la vulve. Celle-ci comporte plusieurs structures distinctes.


Source

La vulve

La vulve correspond à l'ensemble des organes génitaux externes de la femme. Elle est constituée des grandes lèvres, des petites lèvres, du clitoris, de l'entrée du vagin, de l'hymen et du méat urinaire. Les grandes lèvres, homologues du scrotum de l’homme, possèdent généralement une pilosité et sont constituées de replis de peau s’étendant de l’avant à l’arrière. Entourées par les grandes lèvres, les petites lèvres sont des replis de peau sans poil, plus minces que ceux des grandes lèvres, homologues à la face antérieure du pénis et leur principale fonction est la protection de l'entrée du vagin. Les petites lèvres délimitent le vestibule, qui inclut l’entrée du vagin et le méat urinaire. L'entrée du vagin porte également le nom d'orifice vaginal. Tout juste en haut de cet orifice se trouve le méat urinaire. Il s'agit d'une petite ouverture par où est évacuée l'urine. Cette structure ne fait donc pas partie du système reproducteur de la femme. Au dessus du méat urinaire, à la jonction supérieure des petites lèvres, se situe un petit organe très sensible appelé clitoris. Celui-ci est protégé par un repli de peau qui le protège qui est nommé capuchon du clitoris ou prépuce du clitoris. Finalement, l'hymen est une petite membrane de peau très fine qui ferme partiellement l'entrée du vagin. L'obstruction partielle permet l'écoulement des règles. Cette membrane est habituellement rompue lors du premier rapport sexuel, lors de l’insertion d’un tampon, lors d’un examen gynécologique ou lors de la pratique d’un sport.

Le mont du pubis (ou de Vénus) est une zone arrondie qui couvre l’os pubien. Il est constitué de tissus adipeux et recouvert de poils à partir de la puberté.

Le clitoris est une structure homologue au pénis de l’homme. Cette structure est érectile et son anatomie est similaire à celle du pénis mais, même s’il y a présence de corps caverneux, les corps spongieux sont absents. Le clitoris est très richement vascularisé et, lors d’une excitation, il entre en érection en se gorgeant de sang.

Le périnée correspond à la région où sont disposés les muscles péritonéaux. Il est délimité à l’avant par l’arcade pubienne et à l’arrière par le coccyx.

Les organes internes

La partie interne du système reproducteur de la femme contient la majorité des structures de celui-ci. Elle comporte les ovaires, les trompes de Fallope, l'utérus, le vagin et les glandes de Bartholin.


Source                                                                      Source

Les ovaires

Au nombre de deux, ces structures sont situées de chaque côté de l’utérus, à l'extrémité des trompes de Fallope. Ils produisent les ovules et sécrètent des hormones (comme l'oestrogène).

L'ovogenèse

Les trompes de Fallope

Aussi appelée trompes utérines, les trompes de Fallope sont deux conduits qui relient les ovaires à l'utérus et permettent le passage des ovules. Les deux trompes sont d’une longueur d’environ 10 cm. Généralement, la fécondation, soit la fusion entre l’ovule et le spermatozoïde, se produit la partie élargie de la trompe de Fallope, appelée l'ampoule de la trompe utérine.

Le segment aminci de la trompe utérine qui constitue l’ouverture sur l’utérus se nomme l’isthme de la trompe utérine. Contrairement aux canaux séminifères du système reproducteur de l’homme, les trompes de Fallope sont peu ou pas en contact avec l’ovaire et l’ovule.

Lorsque la trompe utérine ne réussit pas à capter l’ovule fécondé, la grossesse se produit à l’extérieur des voies utérines. Ce type de grossesse est dit ectopique et, en plus de l’avortement naturel, peut entraîner une hémorragie et des conséquences graves sur le système reproducteur de la femme.

L'utérus

L'utérus est l'un des organes les plus important du système reproducteur de la femme. C’est cette structure qui accueille, héberge et nourrit l’œuf fécondé. L’utérus a un peu la forme d’une poire et sa taille diffère selon que la femme a déjà eu ou non un enfant. Il est tapissé à l'intérieur de l'endomètre, une membrane richement vascularisée qui peut s'épaissir pour accueillir l'ovule fécondé qui pourra s'y accrocher et s'y développer. L'utérus se termine par une extrémité plus étroite nommée col de l'utérus. L'ouverture généralement petite permet l'écoulement du sang menstruel lors des menstruations. Cette ouverture s'agrandit de façon plutôt impressionnante pour permettre le passage du bébé lors de l'accouchement.

Un type de cancer fréquent chez les femmes de 20 à 50 ans est le cancer du col de l’utérus. Les facteurs de risque sont les inflammations répétées du col, les ITSS, particulièrement les condylomes, et les grossesses répétées. Le test Pap, ou test Papanicolaou, ou encore la cytologie vaginale, est le meilleur moyen de prévention du cancer et consiste à prélever des cellules épithéliales du col afin de vérifier si elles sont cancéreuses. Ce test devrait être effectué annuellement afin d’être le plus efficace possible.

Le vagin

De forme tubulaire, le vagin mesure entre 7 et 10 cm et est situé entre le col de l’utérus et la vulve. Il est l'organe de reproduction chez la femme puisqu'il accueille le pénis et le sperme lors d'un rapport sexuel. Le fait qu'il soit souple et élastique est important puisque son extensibilité est nécessaire lors des rapports sexuels et surtout lors du passage du bébé à l'accouchement.

Des plis transversaux (rides ou crêtes vaginales) sont présents sur la muqueuse à l'intérieure du vagin et stimule le pénis, ce qui participe à l’excitation de l'homme lors d'un rapport sexuel.

Les glandes de Bartholin

L’entrée du vagin est adjacent à une paire de glandes appelées les glandes de Bartholin ou les glandes vestibulaires majeures, qui sont l’homologue des glandes de Cowper du système reproducteur de l’homme. Leur rôle est la sécrétion d’un mucus qui lubrifie et humidifie le vagin, ce qui facilite le rapport sexuel. La sécrétion de ce mucus est généralement beaucoup plus importante lors d’une excitation sexuelle. Des glandes vestibulaires mineures participent aussi à la lubrification.

Ces glandes sécrètent une grande quantité de glycogène qui est décomposé par les bactéries de la flore vaginale, ce qui produit de l’acide lactique. Cet acide protège contre les infections, mais est aussi nocif pour les spermatozoïdes. Le liquide alcalin des glandes de Cowper de l’homme permet de neutraliser en partie cette acidité.

Les exercices

Les références

  • MELS
  • Rogers
  • Réunir Réussir
  • Fondation Réussite Jeunesse